En séance du Conseil départemental d’octobre

Si j’ai déjà évoqué le moment fort passé en ouverture de séance avec Tony Estanguet, Président du Comité des Jeux Olympiques, avec qui nous avons fait un point d’étape sur l’exigence d’un héritage durable et de construction de nouveaux équipements sportifs (ce sera notamment le cas avec la future piscine de Montfermeil), nous avons également abordé deux autres enjeux d’importance.

A l’occasion du vote des dotations de fonctionnement aux collèges (plus de 15 M€), nous avons évoqué par la voix de notre présidente de groupe Emilie Lecroq le besoin d’interpeller l’Education nationale. Plusieurs journées de mobilisation ont émaillé cette rentrée pour dénoncer le manque de moyens, singulièrement dans notre Département. Et plus récemment, la 4ème grève des AESH (accompagnant.e.s d’élèves en situation de handicap) du 19 octobre. 400 000 élèves en situation de handicap dans notre pays et 125 000 AESH, dont 93 % sont des femmes, avec un salaire moyen de 800 € par mois, qui réclament formation, revalorisation de leur salaire, entre autres. Cela ne serait que justice car sans leur présence dans les classes, il n’y a pas d’école inclusive !

Enfin, nous avons voté la création d’un Observatoire des discriminations et pour l’égalité, comme nous nous y étions engagés lors de la campagne électorale. Si notre territoire est discriminé en tant que tel comme le reconnaît lui-même l’État, nous savons que beaucoup de nos concitoyen-nes sont discriminé-es au quotidien, en fonction de leur couleur de peau, leur origine supposée ou réelle, leur orientation sexuelle, le handicap et, plus particulièrement, les jeunes issus des quartiers populaires. Le baromètre sur les discriminations réalisé pour le Département par Harris Interactive en 2019, indiquait que 60 % des habitant.e.s déclaraient avoir été victimes de discriminations dans les 5 années précédentes.  La création de cet Observatoire,  centré sur l’expertise des discriminations, l’action et les services aux habitant.e.s, appelle à mettre des moyens et de l’ambition dans ce projet pour construire des dispositifs contre ce fléau à l’image de ce que nous avons pu faire avec l’Observatoire contre les violences faites aux femmes, sous le pilotage de ma collègue Pascale Labbé, reconnu au plan européen et national.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s