Mercredi 7 février : journée sans Département

Je participerai demain, mercredi 7 février, aux côtés des usagers, agents et élus du Conseil départemental, à la « Journée saarton24213ns département », appelée par les présidents des sept départements d’Île-de-France, pour marquer notre opposition aux projets de réforme territoriale technocratiques et autoritaires d’Emmanuel Macron et engager la résistance face à celle-ci.

Malgré le flou entretenu et l’absence de concertation sérieuse, toutes les informations sur les plans du gouvernement pointent vers une suppression des départements de la petite couronne parisienne : Val-de-Marne, Hauts-de-Seine et Seine-Saint-Denis. Sous le prétexte habituel de simplification et de modernisation, se cache en réalité une attaque contre les services publics, bien commun de tous les Français et une remise en cause de la démocratie de proximité.

Car la réforme envisagée par Emmanuel Macron va dans le même sens que l’ensemble des mesures adoptées au forceps depuis son entrée en fonctions : celui de la casse du modèle social français et des solidarités nationales au profit exclusif des grandes fortunes.

Comme le rappelle le communiqué du groupe Communistes, Citoyen, Front de gauche
Pour une transformation sociale et écologique « À ceux qui ne voient dans le Conseil départemental qu’un échelon administratif, nous rappelons que le département ce sont 55 crèches et la protection de l’enfance, le versement du RSA, de la PCH, de l’APA et l’accompagnement social, les dispositifs d’insertion vers l’emploi, le soutien à la réussite scolaire par le biais de la construction des collèges, le soutien aux associations sportives, culturelles … ».

Si le département de la Seine-Saint-Denis était supprimé, que deviendraient ces dispositifs qui bénéficient à l’ensemble des habitants, a fortiori aux moins fortunés ? Les compétences non-obligatoires, c’est-à-dire celles que le Département assume de manière volontariste, au-delà de ses obligations légales, seront-elles maintenues ? Et que dire des compétences obligatoires : seront-elles maintenues comme un service public, ou en profitera-t-on pour les affaiblir et les privatiser ? La tendance politique actuelle ne laisse malheureusement guère de place au doute.

De même, une suppression du Département de la Seine-Saint-Denis mettrait en péril un grand nombre des associations qui font vivre notre territoire par l’engagement de sa population, et qui pourraient se retrouver privées des aides financières qui leur sont indispensables pour pouvoir mener au quotidien leur activité ?

Dans le contexte social actuel, qui voit grandir les besoins des Séquano-dionysiens et Séquano-dionysiennes, pense-t-on réellement qu’il soit utile et efficace de mettre en place une réorganisation hasardeuse, qui déstabilisera l’ensemble des services pendant plusieurs années ?

Parmi les premiers menacés se trouvent également les milliers d’agents du Conseil départemental, la réforme proposée menant inévitablement à des diminutions d ‘effectifs et dégradant tant les conditions de travail des personnels que la qualité du service rendu aux usagers. Une dégradation qui est déjà en cours du fait des coupes sombres opérées dans les dotations de l’État aux collectivités territoriales. C’est pourquoi les organisations syndicales ont appelé les agents à participer – sous différentes modalités – à la « journée sans département ».

Pour un service public de qualité, pour une démocratie de proximité, la Seine-Saint-Denis, nous y tenons !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s