La rafle du Vel d’Hiv

Les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 personnes, juives et juifs étrangers pour beaucoup, dont près de 6 000 femmes et plus de 4 000 enfants, sont raflés en plein Paris et en banlieue par la police française au service de l’occupant nazi et de la « solution finale » exigée par le 3ème Reich. C’est la plus grande rafle organisée par l’Etat français.

Parqué.e.s au Vel d’Hiv pendant 5 jours, puis interné.e.s à la Cité de La Muette à Drancy et dans les camps d’internement du Loiret, à Pithiviers et à Beaune-la-Rolande, ils partiront pour Auschwitz. Moins d’une centaine d’adultes en reviendront.

« La rafle du Vel d’Hiv, la honte et les larmes » : un documentaire exceptionnel avec le témoignage des derniers survivants, du réalisateur David Korn-Brzoza et de Laurent Joly, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l’antisémitisme, a été diffusé lundi dernier sur France 3, qu’on peut revoir en streaming. Au Mémoriel de la Shoah à Drancy, « C’est demain que nous partons. Lettres d’internés. Du Vel d’Hiv à Auschwitz », une exposition à découvrir, ouverte du dimanche au jeudi, de 10 h à 18 h. A Paris, le mémorial de la Shoah présente une exposition des dessins de Cabu sur la rafle duVel d’Hiv, publiés en 1967 et jamais exposés.

En ce 80ème anniversaire, il ne s’agit pas seulement d’un devoir de mémoire. Comme le déclare Laurent Joly dans une interview à l’Humanité, « Il va falloir, quand il n’y aura plus de témoins, continuer à se battre pour imposer la vérité historique. Il y aura toujours des gens pour mentir, reprendre les justifications de de Vichy et essayer de les traduire dans un langage contemporain. »

En séance du Conseil départemental

Un constat est partagé au sein de notre majorité : la loi de transformation de la fonction publique, imposée aux collectivités par le gouvernement est profondément injuste. En s’en prenant aux conditions de travail des agents.te.s du Département, elle attaque les services publics si nécessaires aux habitants.tes. du territoire. 

Dégradation des conditions de travail, disparition de la spécificité de certains métiers dans un territoire déjà fortement précarisé, perte de congés, renforcement des problématiques d’attractivité et de recrutement dans des catégories d’emploi déjà en tension…

Devons-nous exiger des agents.es qu’ils-elles travaillent plus… pour gagner la même chose, alors que l’inflation s’envole ? 

C’est pourquoi, deux des trois groupes de la majorité, le groupe Communiste, insoumis et citoyen auquel j’appartiens et le Pôle écologiste ont choisi de ne pas voter cette délibération, dans l’attente de réponses aux questions que nous posons depuis plusieurs mois :

  • A plusieurs reprises, nous avons écrit au ministère de la fonction publique pour demander la reconnaissance de l’exceptionnalité de notre territoire, reconnue pour les agents.tes de la fonction publique d’Etat : sans réponse à ce jour ;
  • Nous avons écrit au Préfet de la Seine-Saint-Denis pour demander la reconnaissance de la pénibilité psychique : sans réponse à ce jour ;
  • Nous attendons la publication annoncée du nouveau décret sur les Autorisations Spéciales d’Absence ;
  • Nous attendons la réponse du Conseil constitutionnel à la Question Prioritaire de Constitutionnalité déposée par plusieurs villes, car cette loi bafoue la libre administration des collectivités territoriales.

Dans ces conditions, nous avons considéré qu’il ne fallait pas délibérer sur ce sujet dans l’immédiat d’autant que la loi ne sera applicable qu’au 1er janvier 2023. Nous avons appelé à de multiples reprises un report du calendrier de vote à l’automne, refusé par la présidence. J’ai donc voté « contre ». 

Cette délibération a donc été votée avec les voix de la droite, ce que je regrette.

Nous avons ensuite voté à l’unanimité le plan de revalorisation salariale initiée et financée par notre collectivité.

60ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie : un beau dimanche de réjouissances

Aujourd’hui, nous célébrons les 60 ans de l’indépendance algérienne qui mit un terme à 132 ans d’occupation coloniale par la France et quasiment 8 années d’une guerre meurtrière. L’histoire a besoin de vérité et de justice, et ne saurait se construire sur l’impunité et l’oubli. C’est à cette condition que nous pourrons poser durablement des actes pour permettre à la France et à l’Algérie de regarder leur passé en face, et de mieux envisager leur futur ensemble. C’est pourquoi le fil rouge mémoriel du Département est consacré à l’indépendance de l’Algérie, avec de nombreuses initiatives jusqu’à la fin de cette année.

Pour fêter cet anniversaire, le Département organisait ce dimanche au parc départemental Georges-Valbon de la Courneuve un banquet familial, populaire et festif, avec l’aide de l’association Africa, en présence de Stéphane Troussel, président du Département, de Soumya Bourouaha, députée et de Rachid Koraïch, artiste de renommée internationale qui nous fait l’honneur de faire don aux habitant.e.s du département d’une sculpture en bronze inédite, en mémoire de celles et ceux qui ont « sacrifié leur vie au nom d’un idéal de justice et de liberté, pour l’Indépendance de l’Algérie ». Cette sculpture de 3 mètres de haut, en cours de réalisation, sera implantée dans le parc à l’automne prochain.

CARTON PLEIN EN SEINE-SAINT-DENIS

La NUPES a réussi le grand chelem dans notre département. Sur notre circonscription, le député sortant de la macronie a été battu. Je m’en réjouis.

Ce résultat concrétise tout à la fois :

  • L’espoir mis dans la NUPES et dans son programme par les femmes et les hommes de gauche et de l’écologie ;
  • Le rejet massif, à droite comme à gauche, de la politique d’Emmanuel Macron, qui n’a été réélu à la présidence de la République que pour faire barrage à l’extrême droite et non par adhésion.

Il en résulte une Assemblée Nationale bouleversée, fragmentée, sans majorité parlementaire pour le président de la République, et qui penche dangereusement à droite et à l’extrême droite. 

Avec 131 député.e.s, la NUPES est une force parlementaire qui compte, même si ce nombre est loin des espérances affichées. Plus que jamais, la mobilisation populaire sera déterminante pour contrecarrer les projets ultralibéraux et antisociaux d’Emmanuel Macron, qui sort affaibli de cette séquence électorale. 

Comme je l’ai toujours fait depuis mon élection comme conseillère départementale, je continuerai à mettre mon mandat d’élue au service de cette mobilisation, sur notre canton comme au plan départemental.

Et maintenant, le 2ème tour des élections législatives !

Le premier tour de l’élection législative enregistre un soutien massif des hommes et des femmes de gauche et de l’écologie à la NUPES. Les projections pour le 2ème tour laissent sérieusement penser que le président de la République pourrait ne pas avoir la majorité à l’Assemblée Nationale, ce qui créerait une situation politique inédite depuis 2002.

Sur notre circonscription, le candidat de la NUPES est en tête avec 30,83% des voix contre 23,86% au candidat de la macronie. Mais les réserves de voix, à gauche comme à droite, annoncent un 2ème tour très serré entre la NUPES et la droite. Tout peut se jouer à quelques voix !

J’appelle tous les hommes et toutes les femmes de gauche et de l’écologie à battre le candidat de la macronie. Pas une voix ne doit manquer à la NUPES.

J’en appelle aux trop nombreux abstentionnistes. Ce vote peut avoir des conséquences très importantes pour votre vie personnelle. 

  • Pour le montant de votre salaire ou de votre retraite
  • Pour le prix de l’énergie ou des biens de première nécessité, comme l’alimentation ou les médicaments
  • Pour les services publics indispensables à notre vie individuelle et collective, comme la santé publique ou l’Education Nationale
  • Pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Alors, dimanche 19 juin, allez voter pour le candidat de la NUPES.