Référendum sur la réforme des retraites : lettre ouverte à Stéphane Testé

J’ai adressé ce matin un courrier à Stéphane Testé, député LREM de notre circonscription, pour lui demander de voter pour le référendum concernant la réforme des retraites exigé par tous les partis de gauche à l’Assemblée nationale, alors que 67 % des Français interrogés souhaitent ce référendum. Permettre à chaque citoyen.e de s’exprime sur ce sujet, c’est cela le débat démocratique !

200217 Lettre ouverte à S.TESTE

Handicap : un discours mais quels actes ?

La clôture de la Conférence nationale du handicap, 15 ans après l’adoption de la loi « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2015, a donné l’occasion à Emmanuel Macron de faire des annonces sur le sujet. Son discours intervient quelques jours après de fortes tensions entre le gouvernement et de nombreuses associations, dont certaines avaient quitté ce qu’elle dénonçaient comme un « simulacre de concertation« .

Une mobilisation qui a porté ses fruits, le président de la République ayant annoncé que l’Allocation adulte handicapé ne serait pas fusionnée avec le futur « Revenu universel d’activité », projet lui-même largement contestable.

Emmanuel Macron a de nouveau affirmé qu’il souhaitait faire de l’inclusion des personnes handicapées l’une des priorités de son quinquennat. Depuis 2017, l’expérience nous conseille pourtant de ne pas prendre la parole présidentielle pour argent comptant. En voici quelques preuves.

Concernant la scolarisation des enfants handicapés, le gouvernement se félicite des avancées vers une « école inclusive ». Dans les faits, j’ai récemment été saisie par des parents d’élèves de notre canton, dont les enfants ne bénéficiaient pas de l’accompagnement d’un AESH, ou uniquement à temps partiel, tant dans le primaire que dans le secondaire.

Suite à mon interpellation écrite, la Direction académique a tout bonnement nié le problème, alors que le manque d’AESH est régulièrement pointé par les associations et les syndicats de l’Éducation nationale. Les annonces d’Emmanuel Macron (+11 500 AESH d’ici 2022) ne posent cependant pas la question de la rémunération insuffisante et de la précarité de ces agent-es indispensables pour la scolarité des enfants handicapés. Une situation que je dénonçai en octobre dernier suite à une « rentrée anarchique ».

Par ailleurs, le président a annoncé la création d’une aide financière aux parents handicapés, pour faciliter le recours à une aide à domicile pour les soins aux nouveaux nés. Une mesure de justice s’il en est, mais qui doit être intégrée dans la Prestation de compensation du handicap (PCH), une allocation versée par les Départements.

Quels seront alors les moyens financiers supplémentaires réellement fournis à ces derniers, quand l’on sait la très faible compensation des dépenses de solidarité par le gouvernement ? De plus, ces allocations étant inclues dans le calcul des dépenses de fonctionnement du Département, comment faire pour que toutes les solidarités puissent s’exercer pleinement, sans générer une concurrence absurde entre celles-ci, comme y incitent pourtant les règles budgétaires mises en place par ce même gouvernement ?

Retraites : c’est le retrait que nous voulons !

Cela fait plus d’un mois maintenant… et la mobilisation contre la réforme des retraites continue de prendre de l’ampleur dans toutes les catégories socio-professionnelles : transports, énergie, chimie, enseignement, mais aussi culture, avec les performances remarquées des danseuses et musiciens de l’Opéra de Paris pendant les fêtes. Toutes et tous rejettent cette régression. En Seine-Saint-Denis, les avocats ont lancé une « grève totale » pour cette semaine. Une diversité qui démontre une opinion majoritaire, dont témoignent également les enquêtes d’opinion et le niveau record atteint pas les caisses de solidarité avec les grévistes.

Les Français, dans leur majorité, ne veulent toujours pas d’un système de retraite individualisé au rabais et se prononcent pour un régime de retraite solidaire, pilier de notre système social issu de la Résistance. Le discours de fin d’année d’Emmanuel Macron aura été au diapason du mépris et de l’arrogance affichés par ce gouvernement qui n’envisage rien d’autre que la baisse des pensions et l’allongement de la durée du travail.

Demain jeudi 9 janvier, je participerai  à la manifestation qui partira à 13h30 de la place de la République à Paris ! Départ en co-voiturage de Montfermeil, rdv sur le parking d’Auchan à 12h30.

Pour signer la pétition, c’est par ici. Et pour contribuer à la caisse de solidarité, c’est par là.

Charlie Hebdo, cinq ans après

Il y a cinq ans jour pour jour, le 7 janvier 2015, la terrible nouvelle de l’attentat contre Charlie Hebdo nous étourdissait toutes et tous.

En plein cœur de Paris, les terroristes ôtaient la vie à Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré, Elsa Cayat, Bernard Maris, Mustapha Ourrad, Michel Renaud, Ahmed Merabet, Frédéric Boisseau et Franck Brinsolaro. Les jours suivants, Clarissa Jean-Philippe, Philippe Braham, Yohan Cohen, Yohan Hattab et François-Michel Saada étaient eux aussi assassinés.

Dessinateurs, économiste, policiers, psychiatre, correcteur, agent de maintenance, elles et ils représentaient la diversité de notre pays, sa liberté.

Leur rendre hommage, poursuivre leur combat, c’est continuer à mettre en œuvre ces principes, en dépit des épreuves qui ont suivi, de nos divergences qui font la démocratie et des tentatives de division qui se déploient consciemment.

Charlie hebdo fresque

Retraites : l’insécurité universelle toujours au menu

Edouard Philippe a dévoilé hier le contenu du projet gouvernemental de réforme des retraites. Très attendu après une semaine de très fortes mobilisations syndicales dans toute la France, le Premier ministre a pourtant confirmé le caractère antisocial de cette réforme, que j’évoquais dans un précédent billet.

Une véritable « déclaration de guerre sociale » comme l’affirme Fabien Gay, sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, car, si elle devait être  approuvée, la retraite Macron générerait une insécurité universelle et une baisse des pensions pour toutes et tous, notamment les jeunes et les femmes, plus confrontés à la précarité et aux carrières hachées.

La réponse ne s’est pas faite attendre avec, le soir même, un meeting unitaire à la Bourse du travail de Saint-Denis, réunissant syndicats (CGT, FSU, Solidaires), organisations de jeunesse et partis politiques de gauche (PCF, EELV, FI, PS, NPA, LO, Génération.S…).

Le but : avancer vers un front commun pour faire grandir la mobilisation et obtenir le retrait du projet de loi.

Meeting 11dec retraites

Il s’agit également de travailler collectivement à un autre projet de réforme, progressiste celui-là, qui assure des pensions dignes, une meilleure contribution du capital financier et favorise l’égalité femmes-hommes et la création d’emplois.

J’apporte tout mon soutien au mouvement de grève et de mobilisations qui se poursuit pour rejeter la destruction de nos retraites et vous donne rendez-vous à la manifestation mardi 17 décembre place de la République à Paris !