Soutien aux collèges et bilan du Bel Eté Solidaire en séance du Conseil départemental

Jeudi dernier, nous avons voté la subvention départementale aux collèges publics de Seine-Saint-Denis, d’un montant de plus de 14 millions d’euros.

A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Cette année, dans le contexte de la crise sanitaire, les collèges publics ne se verront pas opérer de réfaction (récupération d’une partie des fonds non consommés de l’année précédente), ce qui revient à majorer de près de 450 000 € la dotation des collèges, afin de leur permettre d’aborder de la façon la plus sereine possible cette année pleine d’incertitudes et de faire face plus facilement aux mesures qui pourraient être décidées par le gouvernement (aménagement des salles et des équipements, par exemple).

L’éloignement d’avec l’école pour l’ensemble des élèves, voire une véritable rupture pour certains, est une autre conséquence de la crise et de la phase de confinement. Éloignement ou rupture dans l’enseignement, mais également pour les activités extra- ou périscolaires. C’est pourquoi le Département a décidé de consacrer 1 million d’euros au soutien des acteurs de l’art et de la culture actifs dans les collèges, notamment via le dispositif « Culture et art au collège ».

L’accès à la culture mais aussi aux loisirs, ne s’arrête bien sûr pas aux portes de l’école. La période des vacances estivales aura été à cet égard particulièrement compliquée pour celles et ceux, bien trop nombreux, qui n’ont pas pu partir. Cet été aurait pu ressembler à un confinement hors les murs. Mais l’engagement fort de notre collectivité avec Le Bel été solidaire a permis à de nombreux habitants de se construire ces petits bonheurs fugaces qui font les beaux souvenirs de vacances.

C’est pourquoi je me réjouis particulièrement du départ de 513 enfants et jeunes de familles modestes, qui dans leur grande majorité, n’étaient jamais partis en vacances. Cela grâce à la grande réactivité des services départementaux et de nos partenaires, dont l’UCPA et la Ligue de l’Enseignement, en coopération avec les services de l’État.

Mis en œuvre par les services départementaux dans des délais extrêmement courts, le Bel été solidaire a exigé beaucoup des agent.e.s. Mais aussi des nombreux partenaires associatifs, sportifs, culturels, sociaux qui ont su réagir avec créativité et générosité à notre proposition. C’est la démonstration du poids, de l’utilité et de la responsabilité du service public, tout entier tourné vers les besoins des habitants, dans tous les domaines.

C’est pourquoi, dans mon intervention, j’ai tenu à remercier les services départementaux et notamment la Direction de la nature, des paysages et de la biodiversité, la Direction de la culture, du patrimoine, du sport et des loisirs ainsi que Seine-Saint-Denis Tourisme, dont j’ai l’honneur d’être la présidente, pour leur action.

Quel avenir pour l’hôpital de Montfermeil ?

Alors que la pandémie repart à un niveau inquiétant dans notre département, qu’en est-il de la situation de l’hôpital de Montfermeil et de ses équipes qui ont déjà tant donné pour la qualité du service public hospitalier ? A quel prix l’hôpital sera-t-il reconstruit ? Retour sur l’inquiétant rapport de la Chambre régionale des comptes et sur mon intervention au Conseil de surveillance de l’hôpital en juin dernier ; sur la mobilisation des soignants de l’hôpital face au Ségur de la santé et sur l’hommage émouvant rendu à Elena Mamelli, directrice des soins infirmiers décédée de la Covid-19.

Rentrée scolaire : le Département fournit des masques gratuits aux collégiens

Le port du masque fera partie des fournitures scolaires indispensables pour tous les élèves de plus de 11 ans à partir de la rentrée, mardi 1er septembre.

C’est un coût supplémentaire important pour les familles que le gouvernement refuse de prendre en compte alors que les masques sont rendus obligatoires dans les espaces publics. Un coût estimé à 200 € par mois pour une famille de 4 personnes.

Face à ce nouveau désengagement de l’Etat, le Conseil départemental va fournir 4 masques lavables aux 88 000 élèves des établissements publics et privés de la Seine-Saint-Denis. Ceux-ci devraient être acheminés lundi prochain dans les établissements pour qu’ils puissent être remis aux collégiens dès la rentrée. C’est une aide significative puisque le coût est estimé à 500 000 euros pour la collectivité qui en avait déjà distribué lors de la réouverture des collèges en juin dernier. Mais si le port du masque est une mesure de santé publique, il serait juste que son accès soit gratuit, à fortiori pour des familles qui doivent déjà faire face à de fortes dépenses lors de la rentrée. 

J’ai signé la pétition du journal L’Humanité pour réclamer la gratuité des masques, je me félicite donc de cette décision de notre collectivité en faveur des collégiens. La gratuité des masques est une mesure de santé publique et pas une dépense de rentrée scolaire.

En mai dernier, j’ai réceptionné avec Stéphane Troussel les masques gratuits pour les collégiens et ceux commandés par la Ville de Montfermeil au Conseil départemental.

Le B5, bâtiment aux mille joies et mille peines…

Plus qu’une tranche de vie pour de nombreux Montfermeillois.e.s, leur vie, tout simplement, et les souvenirs qui y sont à jamais attachés. Les yeux de Ladj Ly qui nous regardent et que nous regardons en retour, dernier hommage avant la démolition du B5, « bâtiment aux mille joies et mille peines », et ce texte, qui dit beaucoup… Merci à Seine-Saint-Denis Habitat, bailleur départemental, complice de cette belle proposition de JR et de Ladj.

https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/montfermeil-le-dernier-adieu-de-jr-et-ladj-ly-a-la-cite-des-bosquets-15-08-2020-8368257.php

Fin du B5 08-2020 oeil de JR et texte (2)

Fin du B5 08-2020 oeil de JR et texte (5)

Aïd El Kébir : réponse au maire de Montfermeil

 Le maire de Montfermeil a refusé la mise à disposition d’un terrain en plein air pour la prière de l’Aïd qui se déroulera vendredi matin, fête la plus importante pour les musulmans.
Alors qu’il s’agissait d’une demande privée entre l’association et les services municipaux, le Maire a interpellé l’ensemble des élus sur ce sujet.
Voici notre réponse.

Lettre aid 1Lettre aid 2