Démocratie et laïcité à l’école

Vendredi dernier, j’ai rendu visite aux parents d’élèves des collèges Jean-Jaurès et Picasso qui tenaient des bureaux de vote pour l’élection de leurs représentants.

Un moment important de démocratie dans les établissements scolaires du primaire et du secondaire qui doit permettre aux parents d’exprimer leurs projets et leurs aspirations pour l’éducation de leurs enfants.

En cette rentrée 2019 et à la veille des vacances d’automne, les sujets de réflexion et de mobilisation ne manquent toujours pas sur notre territoire, trop souvent laissé pour compte : enfants toujours sans affectation faute de places, voire de classes ; professeurs manquants à tous les niveaux et pour toutes les matières dans les collèges et les lycées du département ; manque de moyens ; manque cruel d’auxiliaires de vie pour les enfants en situation de handicap….  Comment nos enfants peuvent-ils préparer leur avenir dans de telles conditions ?

Et si l’école de la République se doit d’accueillir tous les enfants, chaque parent doit pouvoir trouver sa place dans la vie de l’école de son enfant et s’impliquer, indépendamment de ses origines sociales, culturelles, confessionnelles… C’est dans le respect de ces principes républicains et laïques, avec une prise en charge de tous les enfants et une prise en considération de tous les parents que pourra se construire l’école de demain. Une école de la République pour tous les enfants et… pour tous les parents !

IMG_0082

Au collège Jean-Jaurès

IMG_0083

Au collège Picasso 

 

Les Misérables, bouleversant.

Enfin ! Cette semaine, énorme cadeau de Ladj Ly qui présentait « Les Misérables » aux habitants de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil. J’avais vu et adoré le court-métrage -bluffant. J’étais donc très impatiente de voir le long métrage. Pas évident de passer du court au long sur un même sujet. Attente pas déçue, ce film est bouleversant. Et je n’ai toujours pas les mots pour le dire. J’ai été scotchée par le film, par sa maîtrise, par ses acteurs. Pas de doute, Ladj a très largement mérité le prix du Jury du Festival de Cannes et sa sélection aux Oscars où il représente la France. Encore bravo. Et j’y retourne le 20 novembre, sortie officielle.IMG_0078IMG_0079.jpg

Le médecin de ville et l’hôpital public : une même nécessité…

Hier soir à Montfermeil, des familles se sont retrouvées spontanément à 20 h devant le cabinet du Docteur Boudet pour un dernier hommage au praticien de notre ville, unanimement apprécié et reconnu, brutalement décédé. Un médecin de ville, un médecin de famille attentif, à l’écoute de ses patients, comme on les aime, et qui ne comptait pas son temps. Un de ceux pour qui l’humain est primordial… Parce que la médecine de ville est essentielle, comme l’hôpital, quand il s’agit de santé publique,  je ne peux m’empêcher de faire le lien avec  la lettre ouverte que 108 personnalités et représentants de patients publiée par Le Parisien aujourd’hui, exhortant  Emmanuel Macron à « mettre en œuvre un plan d’urgence pour sauver l’hôpital public ».

Les signataires – parmi lesquels on retrouve Gilbert Montagné, Tahar Benjelloun ou encore le président de Médecins du monde, Jean-Philippe de Botton – pointent la contradiction entre les attentes de « plus de service public » clairement exprimées lors du « Grand débat national » et le manque de moyens de l’hôpital public, qui conduit à une dégradation terrible des conditions d’accueil, de soin et de travail. « On ne peut plus, vous ne pouvez plus attendre de nouveaux drames ».

hopital manif

Cette lettre ouverte est une nouvelle preuve du sentiment d’inquiétude de la société française pour sauver son système public de santé, quelques jours après qu’un sondage a démontré que neuf Français sur dix soutiennent la grève des services d’urgence.

Insuffisant pour ébranler le gouvernement et la majorité LREM, qui décident délibérément de rester sourds aux revendications du pays. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, présenté lundi, impose une nouvelle « économie » de 800 millions d’euros aux hôpitaux et cliniques. Un mauvais coup de plus….

Pour les syndicats APH et Jeunes médecins, « Alors que l’hôpital traverse une crise sans précédent de financement et de recrutement, le gouvernement accentue son asphyxie au mépris des principes fondateurs d’universalité de l’accès aux soins. C’est un acte de destruction massive engagé vis-à-vis de tous les citoyens et les professionnels du service public hospitalier ». Une destruction qui impactera encore plus fortement des départements tels que la Seine-Saint-Denis, comme alertaient les médecins de l’hôpital Robert-Ballanger.

A nous de poursuivre et d’amplifier la résistance.

Pour neuf collégiens de Montfermeil, la rentrée se fait toujours attendre

rentrée Picasso

Il y a un mois, c’était la rentrée. J’étais allée saluer les élèves entrant en 6ème, leurs parents et les équipes des collèges Pablo-Picasso et Jean-Jaurès de Montfermeil pour ce moment mêlant nostalgie des vacances et joie de débuter une année de connaissances nouvelles.

Un mois, c’est court lorsque l’on découvre un nouvel établissement, de nouveaux camarades, de nouveaux professeurs.

Mais un mois, c’est long pour les neuf enfants de Montfermeil entrant en 6ème qui, faute de place, n’ont toujours pas été accueillis dans l’un des établissements du territoire. Six à Pablo-Picasso, trois à Jean-Jaurès. Un mois de perdu, ce sont autant d’heures de cours perdues à rattraper, autant de retard à combler, autant de risques de ne pas réussir son année.

Cette situation est gravement préjudiciable aux intérêts des élèves concernés et va à l’encontre du droit à la scolarisation, qui doit être garanti par l’État. C’est pourquoi j’ai écrit au Directeur académique des services de l’Éducation nationale, pour que soit mis fin dans les plus brefs délais à cet état de fait intolérable et injuste.

Tolérerait-on ceci à Paris ? J’en doute fort. Alors qu’une importante croissance démographique est attendue à Montfermeil, il est grand temps de travailler réellement à la construction d’un troisième collège pour permettre la scolarisation dans de bonnes conditions des jeunes Montfermeillois et Coubronnais.