Rentrée scolaire : le Département fournit des masques gratuits aux collégiens

Le port du masque fera partie des fournitures scolaires indispensables pour tous les élèves de plus de 11 ans à partir de la rentrée, mardi 1er septembre.

C’est un coût supplémentaire important pour les familles que le gouvernement refuse de prendre en compte alors que les masques sont rendus obligatoires dans les espaces publics. Un coût estimé à 200 € par mois pour une famille de 4 personnes.

Face à ce nouveau désengagement de l’Etat, le Conseil départemental va fournir 4 masques lavables aux 88 000 élèves des établissements publics et privés de la Seine-Saint-Denis. Ceux-ci devraient être acheminés lundi prochain dans les établissements pour qu’ils puissent être remis aux collégiens dès la rentrée. C’est une aide significative puisque le coût est estimé à 500 000 euros pour la collectivité qui en avait déjà distribué lors de la réouverture des collèges en juin dernier. Mais si le port du masque est une mesure de santé publique, il serait juste que son accès soit gratuit, à fortiori pour des familles qui doivent déjà faire face à de fortes dépenses lors de la rentrée. 

J’ai signé la pétition du journal L’Humanité pour réclamer la gratuité des masques, je me félicite donc de cette décision de notre collectivité en faveur des collégiens. La gratuité des masques est une mesure de santé publique et pas une dépense de rentrée scolaire.

En mai dernier, j’ai réceptionné avec Stéphane Troussel les masques gratuits pour les collégiens et ceux commandés par la Ville de Montfermeil au Conseil départemental.

Le B5, bâtiment aux mille joies et mille peines…

Plus qu’une tranche de vie pour de nombreux Montfermeillois.e.s, leur vie, tout simplement, et les souvenirs qui y sont à jamais attachés. Les yeux de Ladj Ly qui nous regardent et que nous regardons en retour, dernier hommage avant la démolition du B5, « bâtiment aux mille joies et mille peines », et ce texte, qui dit beaucoup… Merci à Seine-Saint-Denis Habitat, bailleur départemental, complice de cette belle proposition de JR et de Ladj.

https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/montfermeil-le-dernier-adieu-de-jr-et-ladj-ly-a-la-cite-des-bosquets-15-08-2020-8368257.php

Fin du B5 08-2020 oeil de JR et texte (2)

Fin du B5 08-2020 oeil de JR et texte (5)

Aïd El Kébir : réponse au maire de Montfermeil

 Le maire de Montfermeil a refusé la mise à disposition d’un terrain en plein air pour la prière de l’Aïd qui se déroulera vendredi matin, fête la plus importante pour les musulmans.
Alors qu’il s’agissait d’une demande privée entre l’association et les services municipaux, le Maire a interpellé l’ensemble des élus sur ce sujet.
Voici notre réponse.

Lettre aid 1Lettre aid 2

Bienvenue à la nouvelle défenseure des droits !

Claire Hédon, nouvelle Défenseure des droits, a réservé son premier déplacement à la Seine-Saint-Denis, en se rendant à Bobigny début juillet . Je me réjouis de son choix, qui illustre la conscience que notre département est l’un des points du territoire national où la question des droits est la plus aiguë et qui en signale l’urgence.

claire hédon

Claire Hédon (photo : @Defenseurdroits/Twitter)

Lors de sa rencontre avec  La Sauvegarde, association de protection de l’enfance, Claire Hédon a affirmé qu’elle était « convaincue du lien entre le manque de moyens et la question de l’accès aux droits ». Une conviction que je partage et qui a été mise en lumière par le rapport Cornut-Gentille/Kokouendo sur l’évaluation de l’action de l’État en Seine-Saint-Denis. Celui-ci pointe de graves déficiences dans l’éducation, la sécurité et la justice. D’autres domaines sont concernés : droit à la santé, à un logement digne, à ne pas subir de discriminations, à la protections des mineurs non accompagnés…

Dans nos villes également, des obstacles sont parfois sciemment dressés contre l’accès aux droits : à Montfermeil, je continue à être saisie par des familles confrontées au refus du maire d’inscrire leurs enfants à l’école. Une pratique illégale et discriminatoire qui dure depuis bien trop longtemps et à laquelle il doit enfin être mis un terme.

Alors bienvenue à Claire Hédon et travaillons conjointement à faire progresser les droits, ici et dès maintenant !

Cours Alexandre Dumas : fin de l’histoire

Le Parisien a publié hier un article sur la fermeture du cours Alexandre Dumas à Montfermeil. Avec les élus du Front de Gauche, nous avions dénoncé cette école hors contrat qui ne respectait pas les programmes de l’Education nationale, dont les enseignants n’étaient pas qualifiés et qui enregistrait des résultats catastrophiques pour de nombreux élèves.

Bien sûr, je regrette que des enfants pâtissent de cette situation. Car qui dit « école hors contrat » dit obligation de passer un examen pour réintégrer le cursus de l’Education nationale.

Créé en 2012, le Cours Alexandre Dumas aura coûté aux contribuables montfermeillois plus de 3 millions d’euros : 2 millions pour l’achat de la propriété ; plus d’1,2 million pour le terrassement et la viabilisation, puis une location annuelle  pour le moins « bienveillante » de 1euro du m2, soit 1500 € par an. On aurait aimé que le maire mette un peu de cet argent au service des écoles publiques de la commune et dans les Temps d’Activités Péri-Scolaires (TAPS) – ce qu’il a refusé de faire alors, arguant : « La ville est pauvre ».

Demeure aujourd’hui une exigence : il faut rendre ce patrimoine communal aux Montfermeillois et aux Montfermeilloises. Et pourquoi pas en y installant la Maison des associations et des citoyens ? Dans la campagne des municipales, Montfermeil Autrement a proposé de créer un tel lieu au service de toutes et tous. Un projet toujours d’actualité.

Capture d’écran 2020-07-06 à 18.10.25https://www.leparisien.fr/societe/en-seine-saint-denis-l-ecole-modele-des-banlieues-ferme-ses-portes-05-07-2020-8347479.php