Démocratie et laïcité à l’école

Vendredi dernier, j’ai rendu visite aux parents d’élèves des collèges Jean-Jaurès et Picasso qui tenaient des bureaux de vote pour l’élection de leurs représentants.

Un moment important de démocratie dans les établissements scolaires du primaire et du secondaire qui doit permettre aux parents d’exprimer leurs projets et leurs aspirations pour l’éducation de leurs enfants.

En cette rentrée 2019 et à la veille des vacances d’automne, les sujets de réflexion et de mobilisation ne manquent toujours pas sur notre territoire, trop souvent laissé pour compte : enfants toujours sans affectation faute de places, voire de classes ; professeurs manquants à tous les niveaux et pour toutes les matières dans les collèges et les lycées du département ; manque de moyens ; manque cruel d’auxiliaires de vie pour les enfants en situation de handicap….  Comment nos enfants peuvent-ils préparer leur avenir dans de telles conditions ?

Et si l’école de la République se doit d’accueillir tous les enfants, chaque parent doit pouvoir trouver sa place dans la vie de l’école de son enfant et s’impliquer, indépendamment de ses origines sociales, culturelles, confessionnelles… C’est dans le respect de ces principes républicains et laïques, avec une prise en charge de tous les enfants et une prise en considération de tous les parents que pourra se construire l’école de demain. Une école de la République pour tous les enfants et… pour tous les parents !

IMG_0082

Au collège Jean-Jaurès

IMG_0083

Au collège Picasso 

 

17 octobre 1961 – 17 octobre 2019

ici-on-noie

Il y a 58 ans jour pour jour, des milliers d’Algériens manifestaient à Paris contre le couvre-feu imposé par les autorités françaises, qui tentaient de faire taire leurs aspirations à la liberté et à la fin de la domination coloniale. La brutale répression menée par la police sous les ordres du préfet Maurice Papon fit des dizaines de victimes.

En ce jour de commémoration, je tenais à me joindre aux hommages à toutes les victimes de ce crime d’État, qui n’est toujours pas pleinement reconnu par les autorités françaises

Je m’associe aux demandes de reconnaissance officielle et symbolique de l’ensemble des crimes commis au cours de la guerre d’Algérie et d’ouverture des archives de cetté période.

Pour honorer la mémoire des victimes et porter les revendications de justice historique, un rassemblement se tiendra ce soir à 18h pont Saint-Michel à Paris.

 

appel-17oct-2019

Les Misérables, bouleversant.

Enfin ! Cette semaine, énorme cadeau de Ladj Ly qui présentait « Les Misérables » aux habitants de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil. J’avais vu et adoré le court-métrage -bluffant. J’étais donc très impatiente de voir le long métrage. Pas évident de passer du court au long sur un même sujet. Attente pas déçue, ce film est bouleversant. Et je n’ai toujours pas les mots pour le dire. J’ai été scotchée par le film, par sa maîtrise, par ses acteurs. Pas de doute, Ladj a très largement mérité le prix du Jury du Festival de Cannes et sa sélection aux Oscars où il représente la France. Encore bravo. Et j’y retourne le 20 novembre, sortie officielle.IMG_0078IMG_0079.jpg

Dématérialisation : une entrave aux droits

Mercredi 9 octobre, à l’appel d’associations de solidarité et de syndicats, se tenait devant la préfecture de Bobigny un rassemblement pour revendiquer la dignité et le respect des droits des personnes étrangères. J’y suis intervenue au nom des élu-es communistes et citoyens du Conseil départemental pour y renouveler notre solidarité et notre engagement pour l’égalité de toutes et tous les Séquano-Dionysien-nes.

IMG_3616

Avec la dématérialisation quasi-totale des démarches administratives (renouvellement de la carte de séjour, demandes de naturalisation…) il est devenu extrêmement compliqué, voire impossible d’obtenir un rendez-vous.

Une situation qui a des des conséquences directes et parfois graves sur les plans du travail, de la santé, du logement. Un constat partagé par le Défenseur des droits, qui dénonce une véritable entrave aux droits causée par la dématérialisation.

À l’heure où le gouvernement cherche à remettre l’immigration au centre du débat, de façon totalement biaisée, démagogique et irresponsable, comment ne pas considérer que la dématérialisation intégrale et les difficultés qui en découlent sont devenues un moyen détourné de gérer l’accès au séjour et de freiner l’accès des personnes étrangères aux services préfectoraux ?

Un moyen détourné qui amène au paradoxe suivant : ce sont les procédures établies par l’État et la préfecture eux-mêmes qui sont à l’origine d’un véritable trafic de rendez-vous et de racket des usagers étrangers.

En avril dernier, Marie-Georges Buffet, députée communiste de Seine-Saint-Denis, avait adressé une lettre au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, pour alerter sur cette situation et demander les moyens humains supplémentaires indispensables pour y remédier.

Dans sa réponse, le ministre pointe des problèmes d’attaques informatiques par des robots logiciels et indique les mesures prises pour y mettre fin. Mais à aucun moment il n’évoque la possibilité d’augmenter les moyens humains de la préfecture, ce qui revient à laisser perdurer indéfiniment une situation dont l’État sait pourtant qu’elle est intenable.

De notre côté, les conseillères et conseillers départementaux communistes et citoyens, avons interpellé à plusieurs reprises les préfets successifs pour leur demander de mettre fin à cette rupture d’égalité.

Cet appel a été renouvelé en juillet dernier au nouveau préfet de la Seine-Saint-Denis, par mes collègues Pascale Labbé et Abdel Sadi, demandant des garanties quant au déploiement de moyens humains supplémentaires pour débloquer la situation, ainsi que des créneaux horaires additionnels. Là encore, cette demande au préfet demeure toujours sans réponse…

IMG_3626