Expulsion à bas bruit

J’apprends aujourd’hui qu’un lycéen du lycée Alfred Nobel de Clichy-sous-Bois en classe terminale scientifique est menacé d’expulsion et je vous invite à signer cette pétition.

« Le jeune majeur isolé, Hervé, scolarisé en classe de TS au lycée Alfred Nobel, en France depuis 3 ans a fait l’objet mercredi 14 novembre au soir d’un contrôle de police à Paris. Il a été ensuite placé au CRA de Joinville (Paris 12e) par le préfet de Police de Paris sur la base d’une OQTF qui fait l’objet d’un appel du recours.

Hervé, de nationalité ivoirienne, est âgé de 19 ans et demi. Orphelin de père et de mère il est arrivé seul en France en septembre 2015. Il est scolarisé depuis 2015 en section générale (scientifique). Il poursuit une scolarité qui lui permettra sûrement d’obtenir son bac en juin prochain. Il a fait des demandes de titre de séjour. En novembre il a obtenu un rendez-vous à la préfecture du Raincy où il lui a été signifié une ordonnance de reconduite à la frontière en date du 15 décembre 2017. Il a fait appel de cette décision auprès du Tribunal Administratif de Montreuil. Sa demande d’annulation a été rejetée en délibéré après l’audience du 17 avril 2018. Il a fait appel du recours auprès de la Cour Administrative d’Appel de Versailles. Pour le moment ce recours n’a pas été examiné.

Hervé passera devant le Juge des libertés et des détentions au Tribunal de Grande Instance de Paris (Porte de Clichy) ce vendredi 16 novembre à 9h.

Nous, enseignants et personnels du lycée Alfred Nobel de Clichy-sous-Bois, demandons l’annulation de l’expulsion d’Hervé et qu’il lui soit délivré dans les plus brefs délais un titre de séjour.« 

Capture d_écran 2018-11-15 à 13.56.53

Nous réclamons l’égalité républicaine pour la Seine-Saint-Denis

J’étais cette après-midi  à la Bourse départementale du travail à Bobigny avec de nombreux élus, maires, conseillers départementaux, pour revendiquer « L’égalité républicaine pour la Seine-Saint-Denis ». A l’initiative des 18 parlementaires de notre département, députés et sénateurs, toutes tendances politiques confondues, cette rencontre avait pour but de donner suite à la publication du rapport Cornut-Gentille/Kokouendo sur l’évaluation de l’action de l’État en Seine-Saint-Denis, et à la rencontre des parlementaires avec le Premier ministre le 26 septembre dernier.

égalité rep Grimaud

Ce rapport met en évidence de façon incontestable la rupture d’égalité dans les politiques de l’État vis-à-vis de notre département dans tous les domaines : éducation, santé, justice, logement, sécurité… la liste est longue.

Une inégalité de traitement qui remonte à loin et, comme le rappelait Stéphane Peu, député communiste,  » Aucune des politiques dérogatoires n’a compensé le droit commun en Seine-Saint-Denis ». Au contraire, alors que les difficultés sociales y sont sur-représentées par rapport à la France et à l’Île-de-France, la Seine-Saint-Denis reçoit moins de moyens que d’autres territoires pourtant moins mal lotis. « Donner moins à ceux qui ont moins » semble être la boussole des gouvernements qui se sont succédés.

Deux grandes témoins ont illustré la situation dans les domaines de la justice et de l’éducation. Valérie Grimaud, bâtonnière de l’Ordre des avocats du barreau de Bobigny, a exposé la situation catastrophique de la justice : locaux insuffisants et inadaptés, manque de magistrats et de personnel, aboutissant à des délais sans fin pour les procédures et à des conditions d’exercice très difficiles pour avocats et juges.

Nathalie Mons, présidente du CNESCSO (Conseil national d’évaluation du système scolaire) a, elle, présenté la chaîne des inégalités – sociales, de traitement, de résultats etc. – aboutissant à de grandes difficultés d’insertion professionnelle, et aux moyens requis pour y faire face.

Une première étape pour engager un rapport de force dans la durée et obtenir – enfin – l’égalité !

FullSizeRender

École Kourtrajmé : quand les talents d’aujourd’hui forment ceux de demain

Ly Médicis

L’annonce de la création de l’école de cinéma Kourtrajmé par notre ami Ladj Ly et les Ateliers Médicis est une très bonne nouvelle que je suis vraiment heureuse de partager ! Un appel à candidatures est ouvert jusqu’au 12 octobre qui permettra à dix heureux lauréats de suivre une formation gratuite de neuf mois sur l’écriture, la réalisation et la post-production. Pas besoin de diplôme : simplement avoir au moins 18 ans et être armé d’une idée originale et de l’envie de lui donner vie.  Ladj, l’enfant des Bosquets sélectionné aux Césars,  primé au festival de Clermont-Ferrand pour son excellent court métrage « Les misérables » et qui vient de finir de tourner  le long métrage sur notre territoire est en effet à l’origine de cette initiative visant à transmettre son expérience et à permettre à toutes et tous de se former aux métiers du cinéma. Quand la banlieue prend la parole en direct, sans filtres, c’est une parole inédite et c’est beaucoup mieux !

Education en Seine-Saint-Denis : la part du pauvre

J’ai accompagné une délégation de parents d’élèves FCPE du collège Jean-Jaurès de Montfermeil à l’Inspection académique jeudi 24 mai. Après avoir fait signer une pétition à un grand nombre de parents pour le maintien du 3ème poste de Conseiller principal d’éducation, la FCPE avait demandé audience à l’Inspection académique. Au final, nous avons appris que la décision était déjà prise, le poste « fermé » et qu’il ne serait pas renouvelé à la rentrée scolaire 2018-2019, alors que les effectifs du collège augmentent régulièrement. Un poste de CPE stagiaire pourrait éventuellement être affecté au collège – mais qui dit stagiaire dit formation. C’est donc un nouveau désengagement de l’Etat qui aura un impact bien réel sur la qualité de la vie au collège, au prétexte qu’il faut une « organisation rigoureuse des moyens publics » et « une équité comptable ». Mais l’équité n’est pas l’égalité : il y a moins de fonctionnaires en Seine-Saint-Denis que dans le reste de la France, moins d’enseignants, moins de médecins scolaires, pour ne parler que d’éducation, comme le relève le rapport parlementaire d’évaluation de l’action de l’Etat dans notre département, qui dénonce une rupture de l’égalité républicaine. « Le moins bien doté des établissements parisiens est mieux doté que le mieux doté des établissements de Seine-Saint-Denis» selon le sociologue Benjamin Moignard, qui rappelle l’importance de la qualité du climat scolaire pour la réussite de tous les élèves. Un CPE était dédié aux collégiens entrant en 6ème à Jean-Jaurès. S’en est donc fini. Je le regrette avec d’autant plus d’amertume que l’éducation conditionne l’avenir de nos jeunes. Nous le savons bien au Département, où nous consacrons d’importants moyens budgétaires au service de leur réussite.Capture d_écran 2018-03-23 à 17.43.43

L’éducation aux médias au collège Jean-Jaurès : so foot !

Capture d_écran 2018-03-23 à 17.43.43Au collège Jean-Jaurès de Montfermeil, une classe de 4ème  bénéficie depuis le début de l’année scolaire d’un parcours d’éducation aux médias proposé par le Conseil départemental aux collégiens. Dans un univers dominé par l’information et l’image, cette nouvelle initiative du Département vise à développer le sens critique, à s’interroger sur les sources d’information, à comprendre les grands genres du journalisme… et à découvrir le travail de journaliste, de la recherche de l’information à sa mise en forme.

Encadrée par Ronan Boscher, journaliste au magazine So Foot, et leurs enseignants, la classe mène l’enquête sur le recrutement de joueurs de Seine-Saint-Denis par des clubs professionnels. Et à Montfermeil, forcément, entre la section foot du collège et le FC Montfermeil, le ballon rond comme matière à rebondir sur l’information, ça passionne !

Les articles réalisés par nos jeunes collégiens seront publiés sur le site So foot courant mai.  En attendant, découvrez l’article et la vidéo