En grève aujourd’hui, les « infirmières oubliées »…

Nous, les usagers, les patients, on ne les oublie pas, et on leur offre toute notre reconnaissance pour leurs indispensables compétences professionnelles mais aussi leur bienveillance, leur attention… Mais les quelque 660 000 soignants, au coeur du parcours de soin à l’hôpital comme en libéral, n’en peuvent plus ! Ce sont les grands oubliés du Plan « Ma Santé 2022 ».  Treize syndicats et associations infirmiers appellent aujourd’hui à une journée de mobilisation  pour défendre la place de leur profession dans le système de santé.  Des conditions de travail de plus en plus insoutenables, un manque de personnels, l’absence de mesures d’urgence concrètes et chiffrées,  la revalorisation des salaires et des tarifs des actes… Autant de motifs pour défendre un système de santé de qualité.

Sauver l’hôpital public, il y a urgence !

Lundi dernier, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2019 (PLFSS). Un vote qui intervient peu de temps après l’annonce par Emmanuel Macron lui-même du plan « Ma Santé 2022 », dessinant les contours de son projet pour la santé en France, proclamant son « ambition (…) que notre système de santé soit le pilier de l’État providence du XXIe siècle ».

Néanmoins, comme souvent avec le Président de la République, la réalité des décisions prises contredit les paroles. Ainsi, loin de contribuer à l’amélioration du système de santé, le PLFSS 2019 poursuit la logique aveugle et sourde de demander toujours plus « d’économies » aux hôpitaux publics : après 960 millions en 2018, ce sont 650 millions supplémentaires qui sont exigés pour 2019. Où va l’hôpital ?

Comme le souligne la Conférence nationale des présidents de commissions médicales d’établissements des centres hospitaliers, « la recherche constante de mesures d’économie devient, par leur accumulation, insoutenable », dénonçant celle-ci comme « très souvent déconnectée de la réalité des besoins et des besoins de santé de territoires déjà insuffisamment couverts ».

La réduction des moyens de l’hôpital public, alors même que les besoins augmentent naturellement du fait du vieillissement de la population, met gravement en péril l’offre et l’accès aux soins, et détériore profondément les conditions de travail des personnels, au bord de la rupture.

Face à cette situation, un « Appel en faveur des hôpitaux publics des territoires » a été lancé par la Coordination nationale des comités de défense des maternités et des hôpitaux de proximité et des élux locaux de toute la France. Cet appel demande une action urgence du gouvernement pour « garantir un égal accès aux soins à tous les citoyens sur tout le territoire de la République ».

Pour la santé comme pour tout le reste, l’égalité républicaine ne se discute pas ! Je signe l’appel pour l’hôpital public ! Et vous ?

pcf hopital

Octobre rose au CSID

octobre rose csid

Ce matin, sensibilisation à la question du cancer du sein au CSID

Je suis passée hier par le Centre Social Intercommunal de la Dhuys qui était aux couleurs d’Octobre rose pour saluer les nombreux partenaires institutionnels et associatifs* de cette initiative utile. Ateliers, rencontres informelles autour d’un café, débat et dépistage réalisé par le service gynécologie du centre hospitalier de Montfermeil se sont déroulés dans une ambiance chaleureuse.  Le cancer du sein est la première cause de mortalité pour les femmes de moins de 65 ans, avec près de 12 000 décès par an. Ce cancer touche également 2 % des hommes.  Les études montrent que le dépistage permet de réduire de 15 à 21% le risque de mortalité de ce cancer.

Le Département de la Seine-Saint-Denis est pleinement engagé dans les politiques de dépistage organisé et, avec le Comité départemental des cancers (CDC 93), il propose ainsi aux Séquano-Dionysiennes de 50 à 74 ans des mammographies intégralement remboursées. En 2017, 31 500 dépistages du cancer du sein ont ainsi été réalisés dans le département, concernant 36,9% des destinataires du programme.

horizon cancer octobre rose

Horizon Cancer était également présent

*Les villes de Montfermeil et de Clichy-sous-Bois, l’Assurance Maladie, le Centre hospitalier intercommunal de Montfermeil, la Ligue contre le Cancer, Horizon Cancer, l’ASTI, DEFI, entre autres…

Arrêt des travaux au Fort de Vaujours, signez la pétition !

Parce que le principe de précaution n’est pas respecté, que notre santé et notre environnement sont en jeu, signez cette pétition : c’est la lettre ouverte que nous avons adressé au préfet de Seine-Saint-Denis et à la préfète de Seine-et-Marne leur demandant l’arrêt des travaux.Capture d_écran 2017-12-29 à 11.21.36

Signer la pétition pour l’arrêt des travaux au Fort de Vaujours

 

 

Fort de Vaujours : lettre ouverte aux Préfets

Associations environnementales, sénateurs, députés, maires, conseillers régionaux et départementaux de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, nous publions aujourd’hui cette lettre ouverte adressée aux préfets de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis, demandant l’arrêt des travaux au Fort de Vaujours. Trop d’incertitudes pèsent sur les dépollutions en cours, trop d’inconnu sur la liste des substances radioactives, chimiques et explosives, des métaux lourds qui ont contaminé ce site. Notre santé et la qualité de notre environnement d’abord.

ux_Fort_de_Vaujours_3=5FPage=5F1Fort_de_Vaujours_3=5FPage=5F2