Améthyste + : 120 trajets gratuits pour les personnes âgées ou en situation de handicap

snapshot7

La création du dispositif Améthyste+ a retenu toute mon attention lors de notre séance de jeudi dernier au Conseil départemental : cette nouvelle aide gratuite à destination des seniors et personnes handicapées éligibles à la carte Améthyste  leur permettra de bénéficier de 120 trajets gratuits au cours de l’année, au lieu d’opter pour l’abonnement actuel, qui peut se révéler trop élevé pour leurs besoins.

Je suis intervenue pour exprimer ma satisfaction devant cette véritable amélioration du dispositif face à l’urgence climatique et environnementale. J’ai tenu à souligner l’importance de développer à l’avenir toutes les mesures susceptibles d’encourager l’usage des transports en commun par le plus grand nombre.

Je forme le vœu que cela soit un pas vers la gratuité des transports en commun, comme cela est déjà le cas à Paris pour les jeunes et les seniors à faibles revenus. A l’opposé de la mise en concurrence accélérée que demande Valérie Pécresse, qui ne pourrait conduire qu’à la dégradation du service aux usagers, de la couverture géographique et des conditions de travail des agents.

Plusieurs autres questions d’importance ont été abordées lors de cette séance, parmi lesquelles l’approbation d’une convention avec l’association Unis-Cité pour le recrutement et l’accompagnement de 200 jeunes « Volontaires pour la Seine-Saint-Denis » en service civique ; la signature de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » et notre participation financière aux frais des collèges privés sous contrat d’association. L’occasion pour moi d’alerter mes collègues sur la situation inquiétante du lycée du Paysage et de l’Environnement de Vaujours, conventionné avec notre Département pour l’ouverture de la section « Gestion des milieux naturels » dans le cadre du label Natura 2000.

améthyste plus

Transports en commun : une nouvelle concertation est indispensable

L’inauguration de la prolongation du T4 le 14 décembre dernier fût célébrée par toutes et tous comme un grand pas en avant pour le droit à la mobilité et le désenclavement de Montfermeil et de Clichy-sous-Bois.

Dès cette époque néanmoins, alertée par les usagers, je m’inquiétais de l’avenir de certaines lignes de bus, notamment le 601 et le 347. Une inquiétude justifiée, car ces lignes doivent être fermées dès avril prochain, alors même qu’elles continuent à jouer un rôle irremplaçable au quotidien et que les dysfonctionnements du T4 se multiplient comme le souligne un article récent du Parisien.

Afin de soutenir la mobilisation des usagers, qui ont lancé une pétition pour le maintien de ces lignes, je me suis adressée à Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France Mobilités, pour lui demander d’organiser une concertation qui permette d’aboutir à des solutions pérennes.

200115 Lettre Pécresse IDFM t4 bus-1

T4 : tout le monde monte !

Elle était bien belle et elle restera gravée dans tous les coeurs, la fête du T4, ce samedi, et chacun.e l’a appréciée à sa juste valeur après une trop longue attente ; plus de 15 ans de lutte et d’une mémorable chaine humaine en 2013 (j’ai gardé le T-shirt !), pour réclamer le minimum et l’indispensable : le droit à la mobilité.

Une autre exigence est aujourd’hui à l’ordre du jour  : la gratuité des transports en Ile-de-France, la région la plus riche d’Europe. Une nécessité sociale qui répond à l’urgence environnementale.  C’est déjà chose faite à Paris, pour les jeunes et pour les seniors les plus démunis. Notre département, pour sa part, rembourse 50 % à 25 % de la carte Imagine R aux collégiens, sous conditions, et propose également d’autres aides aux personnes âgées et handicapées et aux plus démunis

Le T4 a désormais commencé son service. Mais les habitants s’inquiètent pour l’avenir de certains bus, tant à Montfermeil qu’à Clichy-sous-Bois, et notamment le 601 dont le service, qui  ouvre bien avant celui du tramway,  permet à celles et ceux qui commencent très tôt de se rendre sur leur lieu de travail. Inquiétude aussi des conducteurs de cette nouvelle branche du T4 qui considèrent que cette mise en service intervient trop tôt au plan technique mais que Ile-de-France Mobilités (la Région) et la SNCF ne veulent rien entendre des problèmes qu’ils soulèvent. Ils étaient d’ailleurs présents lors de l’inauguration pour échanger avec la Présidente de la Région et le directeur de Transilien SNCF sur la réforme des retraites. Mais de ceux-là, et de leurs revendications légitimes, on n’a pas beaucoup parlé.

 

 

Aéroports de Paris : j’ai signé pour le référendum ! Et vous ?

 

ADP referendum

… Et je vous invite à en faire autant ! Ne laissons pas brader au plus offrant notre bien commun comme une vulgaire marchandise. On a vu ce que cela donne avec les autoroutes, construites avec nos impôts puis offertes au privé… Nous payons, les actionnaires encaissent ! Il faut que 4,7 millions d’électeurs signent la pétition en ligne (soit 10 % du corps électoral) pour qu’un référendum soit organisé à l’échelle nationale. Pour signer, munissez-vous d’une pièce d’identité…

Ce projet de privatisation d’ADP (Roissy, Orly et Le Bourget) est une aberration économique pour les comptes de l’État et pose de graves questions en termes de souveraineté et de sécurité nationale, de conditions de travail des salarié-es, de transition écologique ou encore de qualité de vie des populations riveraines.

Fruit de l’initiative de 248 parlementaires d’opposition,  des forces politiques très diverses se rassemblent. En témoigne le meeting organisé mercredi soir à Saint-Denis à l’initiative du député communiste Stéphane Peu qui a réuni  parlementaires communistes, socialistes, Les Républicains, insoumis, ainsi que le secrétaire de la CGT-ADP, Daniel Bertone.

Depuis l’ouverture du site dédié la semaine dernière,  plus de 235 000 signatures ont été validées,  malgré les multiples dysfonctionnements de celui-ci. Un démarrage en trombe, qui devra être pérennisé. Cet effort devra être le nôtre, pour convaincre notre famille, nos ami-es, nos collègues… au travail !

 

Pour signer : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

 

adp ssd

Face à cet enjeu majeur pour la Seine-Saint-Denis – qui accueille deux des aéroports concernés -, le Conseil départemental a voté le 13 juin dernier un vœu soutenant la demande d’organisation d’un référendum.

CDG Express : un seul scénario, l’annulation !

Auditionné hier par le conseil d’administration d’Île-de-France Mobilités à la demande des administrateurs PCF-Front de gauche, le préfet de région Michel Cadot a exposé deux scénarios concernant la réalisation du CDG Express, la ligne qui doit relier directement l’aéroport ROissy-Charles-de-Gaulle à la gare de l’Est.

non cdg express

Le premier de ces scénarios, qui aboutirait à une livraison à temps pour les JOP 2024, impliquerait trois semaines de coupure  et d’innombrables interruptions du RER B. Impensable et totalement irrespectueux pour les usagers du quotidien, d’autant que la SNCF a d’ores et déjà annoncé ne pas être en mesure d’assurer un service de remplacement suffisant.

Inutile également puisque le Comité organisateur des Jeux olympiques a lui-même affirmé que le CDG Express n’était pas nécessaire au succès de ceux-ci. La ligne 16,  indispensable aux habitants de nos villes pour profiter des Jeux, semble pourtant beaucoup moins prioritaire, puisqu’elle n’ouvrirait au mieux que début 2025…

Le deuxième scénario (livraison en 2025) provoquerait lui aussi de nombreux incidents et interruption de circulation et retarderait une nouvelle fois les rénovations pourtant urgentes des transports du quotidien. C’est pourtant l’option retenue par Valérie Pécresse, en dépit de ses engagements et des demandes de nombreux associations et élus, qui demandent l’annulation de ce projet inutile et coûteux. On le sait, c’est le  bouquet de la mariée pour la privatisation d’ADP !

Et justement, concernant cet autre scandale économique et démocratique, le Conseil constitutionnel a ouvert la voie à un référendum d’initiative partagée pour « affirmer le caractère de service public national des aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, Paris-Orly et Paris-Le Bourget ». Une grande victoire qui ouvre désormais un grand défi : celui de récolter les 4,7 millions de signatures nécessaires à la défense de ce bien commun !