Pour réussir la vaccination !

Le Conseil départemental ne reste pas l’arme au pied face à la crise sanitaire malgré la pénurie de doses qui handicape lourdement la mise en œuvre de la vaccination. Bien au contraire.

Depuis le 16 février, un bus d’information parcourt la Seine-Saint-Denis afin de sensibiliser les habitant-es sur l’importance de se faire vacciner, de répondre aux questions et d’aider à la prise de rendez-vous. Du personnel de santé départemental est mobilisé ainsi que 40 ambassadrices et ambassadeurs volontaires, formés spécialement.

Dans notre canton, le bus sera à Clichy-sous-Bois mercredi 24 février, devant le magasin Leclerc, et à Tremblay mercredi 17 mars, cours de la République.

Comme le souligne mon collègue Pierre Laporte, vice-président chargé de la solidarité : « Nos habitants n’ont pas tous eu accès à la vaccination comme ils auraient dû. La fracture numérique touche un grand nombre de personnes en Seine-Saint-Denis. On ne peut pas demander à tout le monde d’aller sur Doctolib pour s’inscrire pour se faire vacciner. Il faut mettre en place des structures capables d’aller chercher les gens. Notre département a été particulière-ment touché lors de la première vague du virus. Il serait temps que le gouvernement s’en rende compte et fasse de la Seine-Saint-Denis une cible prioritaire pour la vaccination. »

Dans cette optique, le bus départemental pourrait être utilisé comme centre de vaccination mobile… si les moyens suffisants en termes de doses étaient enfin fournis !

Cette démarche d’aller vers les habitant-es anime également le tout nouveau centre de vaccination ouvert dans les locaux de la CPAM à Bobigny, en lien avec l’ARS et la préfecture. Alors que le dispositif du tout-internet a contribué à priver certains Séquano-Dionysiens de créneaux de vaccination, le centre de Bobigny démarche directement les personnes éligibles, notamment les personnes âgées précaires.

Deux dispositifs qui s’ajoutent aux centres de vaccination de Pierrefitte et Noisy-le-Grand, une solidarité dynamique et innovante pour surmonter la crise sanitaire !

« Séparatisme »… De quoi parle-t-on ?

L’Assemblée nationale a voté en première lecture le projet de loi contre le « séparatisme », renommé pour faire bonne mesure « pour le renforcement des principes républicains ».

Les terribles attaques terroristes qu’a connues notre pays, souvent motivées par une idéologie djihadiste qui vise les piliers-mêmes de notre vie démocratique, appellent à une réponse forte de la société française toute entière. A cet égard, les dispositions visant à protéger les agent-es du service public sont nécessaires.

Mais au-delà de ce que le projet de loi contient, c’est ce qu’il laisse délibérément de côté qui interroge.

Un combat sérieux contre le séparatisme devrait commencer par un virage à 180° par rapport aux décennies de politiques de démantèlement de la République dans des territoires entiers, au premier rang desquels la Seine-Saint-Denis. Car peut-on réellement se séparer de quelqu’un qui vous a abandonné ?

Quand dans les quartiers populaires, les territoires ruraux et péri-urbains, les services publics ferment tour à tour, où est concrètement la République ? Bureaux de poste, gares, centres de la Sécu, des impôts, agences EDF…la liste des abandons est plus longue que les 51 articles du projet de loi.

En Seine-Saint-Denis, le rapport Cornut-Gentile a illustré une partie des graves carences qui nient l’égalité républicaine dans notre département. Les promesses trahies, ainsi qu’une présence de l’État qui se limite de plus en plus à la répression (et non pas à la sécurité, qui est un droit auquel nous avons trop peu accès !) et à des discours moralisateurs ou discriminatoires, alimentent le terreau sur lequel peuvent prospérer les réseaux criminels, mais aussi les acteurs les plus obscurantistes et rétrogrades, y compris violents.

Comme l’affirme Philippe Rio, maire de Grigny : « Le séparatisme territorial est un terreau antirépublicain. »

D’autant que, alors même que les attaques fleurissent contre nos banlieues (aujourd’hui Trappes, hier Sevran, Saint-Denis, Clichy ou Montfermeil), bien peu s’émeuvent, au gouvernement ou dans les grands médias, du séparatisme en actes des grandes fortunes, dont la fortune explose mais qui refusent de participer à la solidarité nationale. Une réalité une nouvelle fois mise en lumière par les LuxLeaks.

Ces angles morts délibérés, ainsi que l’accent quasiment exclusivement mis sur la religion musulmane, aboutissent à une loi qui ouvre à toutes les manipulations et ne résolvent pas les problèmes de fond dont souffre notre société.

Métro Charonne : une mémoire vive, un combat actuel

Ce dimanche matin, j’étais au côté des militant-es communistes de Montfermeil réunis devant la tombe de Fanny Dewerpe, jeune secrétaire-dactylographe de 32 assassinée au métro Charonne le 8 février 1962, tombée avec 8 autres victimes sous les coups de la répression d’une manifestation pour exiger la paix en Algérie et la fin du terrorisme de l’OAS.

Fanny Dewerpe repose au cimetière de Montfermeil et, comme chaque année, nous avons honoré sa mémoire et rendu hommage à toutes celles et ceux qui ont lutté pour la libération de l’Algérie et l’amitié entre les peuples algérien et français, souvent au prix de leur vie.

Ce combat pour la justice historique est loin d’être fini en France : comme l’a rappelé Pierre Girault, la vandalisation, fin janvier, des plaques rendant hommage à Maurice et Josette Audin à Bagnolet, montre que la haine coloniale et raciste n’est pas éteinte. Et combien de responsables politiques, à droite notamment, continuent-ils à affirmer le « rôle positif » de la colonisation ou à honorer des militaires tortionnaires ou putschistes dans leurs villes ?

Des pas ont été faits dans le bon sens ces dernières années : reconnaissance par Emmanuel Macron de la colonisation en Algérie comme « crime contre l’humanité », puis de la responsabilité de l’État dans l’assassinat du jeune mathématicien Maurice Audin par l’armée française à Alger en 1957 ; commande du rapport sur les « mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie » à l’historien Benjamin Stora.

Mais le chemin est encore long pour que la société française se débarrasse de l’héritage colonial et pour construire une vraie culture de paix et d’amitié entre nos peuples, si intimement liés.

Un grand travail est ainsi à mener sur le plan éducatif, mais aussi symbolique. En commençant par exemple par reconnaître officiellement le 17 octobre 1961 et le 8 février 1962 comme des crimes d’État.

Les obsèques de Fanny Dewerpe à Montfermeil (1962)

Le « virus des inégalités », l’autre pandémie

« Entre 200 millions et 500 millions de personnes supplémentaires pourraient avoir basculé dans la pauvreté en 2020 » écrit Oxfam, dans son dernier rapport, Le Virus des inégalités.

En France, les associations caritatives alertent sur un véritable « tsunami de la pauvreté », d’un niveau jamais vu depuis la Libération et qui touchent de plus en plus de jeunes.

Mais pour une petite minorité de la population mondiale, la pandémie aura été l’occasion de s’enrichir encore plus. Toujours selon Oxfam, « Les dix hommes les plus riches du monde – dont fait partie le Français Bernard Arnault – ont vu leur fortune totale augmenter de 540 milliards de dollars (479 milliards d’euros) depuis le début de la pandémie ». Plus que la somme nécessaire à financer la vaccination dans le monde entier !

Certains ont directement profité de la crise, comme le propriétaire d’Amazon qui bénéficie directement de la fermeture des commerces. D’autres ont profité des aides de l’État et des banques centrales, beaucoup moins regardants que quand il s’agit de financer les dépenses d’intérêt général.

Les milliardaires français ont vu leur fortune augmenter de 175 milliards d’euros, le double du budget annuel de l’hôpital public… Tout un symbole qui illustre l’absurdité du système actuel.

Pendant ce temps-là, les jeunes sont les premières victimes des conséquences de la crise. Nombreux sont ceux qui tombent dans la précarité. Permettre aux jeunes de 18 à 25 ans, sans emploi, diplômés ou en cours d’étude – et ils sont nombreux dans notre département – d’accéder au RSA réclamée dans une tribune du Monde par les associations de jeunesse, est une mesure d’urgence sociale indispensable que le gouvernement a refusé de prendre. Le groupe Front de Gauche du Conseil départemental le réclame dans sa dernière tribune.

Non l’abandon de l’Éducation !

Suppression massive de postes, fermetures de classes, réduction du périmètre de l’Education prioritaire, revalorisation des salaires, promise mais remplacée par l’individualisation des rémunérations… Hier, les personnels de l’Éducation nationale étaient en grève dans toute la France. Ils dénonçaient aussi la gestion plus qu’hasardeuse de la crise sanitaire par le gouvernement, demandant que des mesures d’urgence soient enfin prises afin d’y faire enfin face. Ils ont été rejoints par des lycéens et étudiants, eux aussi en grande difficulté.

Enseignants, CPE et personnels de l’Éducation nationale jouent un rôle irremplaçable auprès des enfants et des jeunes pour le présent et l’avenir de notre pays. Ils sont devenus des « travailleurs de première ligne » depuis le début de la crise sanitaire, en adaptation permanente et au contact quotidien des élèves pour assurer leur mission d’éducation, de transmission et de développement des connaissances.

Un engagement sans faille depuis le premier confinement pour garantir du mieux possible la continuité éducative et limiter le décrochage scolaire, qui s’est malheureusement beaucoup accru dans des départements tels que la Seine-Saint-Denis.

Pourtant, le gouvernement et ses ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur semblent considérer l’école et l’enseignement publics comme un sujet de second plan, où chacun navigue à vue.

Des mois après le début de la pandémie, il n’y a ainsi toujours pas de protocole national dans l’Éducation. On ne sait toujours pas si les vacances d’hiver dureront 3 semaines pour tous les élèves… ou pas. Chacun fait donc avec les moyens du bord, ce qui crée une grande confusion et accroit encore les inégalités entre les établissements.

Le gouvernement serait mieux avisé de prendre de réelles mesures pour garantir la sécurité des élèves et des personnels (protections, accès au vaccin, embauches de médecins et d’infirmiers scolaires qui font tant défaut) plutôt que de profiter de la crise pour accélérer ses projets de casse de l’école républicaine qui se profilent.

Un plan de recrutement pluriannuel et des revalorisation salariales (réelles !) sont aussi nécessaires pour en finir avec le mépris et aller vers une juste reconnaissance de ces métiers sous haute pression.

J’apporte donc tout mon soutien aux enseignants et à tous les personnels qui se sont mobilisés hier dans notre canton. L’école publique est lourdement menacée.