Montfermeil endeuillée par un féminicide

C’est une terrible nouvelle qui me bouleverse particulièrement, qui nous bouleverse toutes et tous. Le 133ème féminicide de l’année s’est déroulé hier soir à Montfermeil. Ce sont les deux petites filles du couple qui ont donné l’alerte à 22 h en s’enfuyant chez des voisins. La mère de famille est décédée à 22h45. Son mari a été retrouvé entre la vie et la mort, éviscéré. L’enquête devra déterminer les circonstances de ce drame épouvantable. « Une famille tranquille… On ne pouvait pas s’y attendre » déclare une voisine sous le choc.

Les deux petites filles ont été immédiatement hospitalisées dans un service spécialisé  dans le cadre du protocole « Féminicide » mis en place par le Conseil départemental, via  son Observatoire des  violences envers les femmes et son service de l’Aide Sociale à l’Enfance. Le Procureur de la République a pris dans la nuit une ordonnance de placement provisoire afin de protéger ces enfants en très grande souffrance et lourdement traumatisées.

Capture d’écran 2019-11-13 à 11.09.36

 

EuropaCity part au compost

europacity

Je me réjouis de l’abandon définitif du projet EuropaCity annoncé jeudi dernier par Emmanuel Macron.  J’ai toujours condamné ce projet de centre commercial pharaonique du groupe Auchan associé au chinois Wanda – un projet  qui devait engloutir 80 hectares de terres agricoles dans le Triangle de Gonesse et dont nous aurions fait les frais, au sens figuré comme au sens propre, car l’argent public – le notre – sert aussi à financer des projets privés dont les dividendes passent évidemment dans les poches des actionnaires.

Cette décision est le fruit de la mobilisation déterminée de toutes celles et ceux qui, depuis des années, alertent l’opinion publique sur les conséquences qu’aurait eu ce véritable « Dubaï de l’Île-de-France », en termes environnementaux et sociaux. Environnementaux ,du fait de la disparition des derniers espaces agricoles si proches de Paris, de l’artificialisation des sols et de l’augmentation de la circulation automobile. Sociaux, car le méga centre commercial aurait conduit à la faillite de nombreux commerces et des centres commerciaux de proximité.

On soulignera l’éclair de lucidité du président de la République, pour qui il s’agit d’un « projet d’une autre époque, fondé sur une consommation de masse d’objets et de loisirs ». Une lucidité que nous aimerions plus fréquente, par exemple en ne démantelant pas la SNCF au profit du transport routier.

L’abandon du projet ne règle cependant pas l’avenir du Triangle de Gonesse. Dans l’immédiat, il s’agit de garantir la réalisation de la ligne 17, essentielle à l’amélioration de la vie quotidienne des habitants.

Il importe donc de rester vigilants afin d’aboutir à un nouveau projet qui respecte l’environnement, préserve les activités agricoles et permette le développement du territoire. Le projet Carma, porté par le Collectif pour le Triangle de Gonesse, est une proposition. L’implication des habitantes et habitants devra, quoiqu’il en soit, être au cœur de l’élaboration de l’alternative.

 

Droit de cité pour les musulmans !

Hier, j’ai eu le plaisir de visiter le chantier de la future mosquée de Montfermeil à l’invitation de M. Bekkouche, et de Farid Kachour, Président et Vice-président de l’ACCMM, au côté du sous-préfet, du consul d’Algérie, du député, du maire de Montfermeil et de représentants de la Ville de Clichy-sous-Bois. Accompagnés de l’architecte, Mme Zakia Artabas et des trois ingénieurs qui dirigent les travaux, nous avons effectué une visite impressionnante par la qualité de la conception architecturale du bâtiment et par son ampleur, sur une surface construite totale de 5000 m2.

Une mosquée qui permettra à l’avenir aux musulmans de Montfermeil de disposer d’un lieu de culte digne et beau. Car aujourd’hui, portés de l’extrême-droite au plus haut sommet de l’Etat, l’islamophobie, le racisme, les amalgames, la haine minent les rapports sociaux. Liberté – Égalité – Fraternité ! Notre République n’a pas vocation à diviser les Français. Le chemin à parcourir est encore long mais nous sommes tous responsables de la place de chacun ! C’est pourquoi je participerai à la manifestation contre l’islamophobie, ce dimanche à 13 h à la Gare du Nord.

PHOTO-2019-11-07-19-02-36

Les explications de Farid Kachour, tout au long de la visite.

PHOTO-2019-11-07-19-02-35

Photo souvenir.

PHOTO-2019-11-07-19-02-25

Une magnifique calligraphie de l’artiste Mohamed Terchi a été remise à chaque participant.

Comment faire de l’égalité une réalité ?

J’étais invitée samedi matin à une table ronde sur l’égalité dans le cadre des Universités européennes de la Fédération des Maisons des potes, au côté de l’universitaire Thomas Branthôme (« Histoire de la République »), de Samuel Thomas et de Julien Vanhée, respectivement délégué général et nouveau président de la Fédération des Maisons des potes.

L’occasion pour moi de revenir sur les inégalités criantes auxquelles notre département et ses habitants sont confronté, deux jours après les annonces faites par le Premier ministre concernant la Seine-Saint-Denis.

La République française affirme trois principes indissociables : liberté, égalité, fraternité. Mais les affirmer ne suffit pas à les faire exister. Quelle est leur réalité tangible ? Pour faire vivre ces principes fondateurs, les ancrer dans le réel, des outils sont nécessaires. Ainsi, en matière d’égalité, le service public est l’outil qui doit permettre à chacun.e de bénéficier des mêmes droits.

A cet égard, les annonces consenties par le Gouvernement font suite à la forte mobilisation des élu.e.s de Seine-Saint-Denis après la parution en juin 2018 du rapport parlementaire « La République à reconstruire » qui pointait la rupture d’égalité en matière d’éducation, de justice et de police sur notre territoire. Il faudrait aussi parler de la santé : 30 % de personnels soignants en moins par rapport à la moyenne nationale. Et un département reconnu « désert médical » par l’Agence Régionale de Santé. L’Etat a bel et bien déserté la banlieue – en tous cas la nôtre ! Nous n’acceptons pas d’être des citoyens de seconde zone malmenés par la République et auxquels on ne reconnaitrait pas les mêmes droits, ce qu’on appelle « le droit commun ».

La République n’est pas une abstraction, elle est le lieu même où se confrontent idées et intérêts, elle est le lieu d’un rapport de force : sa construction appelle notre participation, notre vigilance et notre exigence à faire vivre concrètement ces principes.

A l’occasion de ces universités européennes, et pour la 5ème année consécutive, la Fédération des maisons des potes a produit une étude sur la perception des mesures pour lutter contre les discriminations en France. Je vous invite à la consulter !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

 

La carte Ikaria donne des ailes aux seniors

Le Conseil départemental lance la carte Ikaria, un nouveau dispositif proposant une offre étendue d’activités culturelles, sportives et de loisirs à toutes et tous les Séquano-dionysiens de plus de 60 ans, sans condition de ressources.

Ce nouveau dispositif dédié aux seniors concerne plus de 300 000 personnes dans notre département et s’inscrit dans le schéma départemental de l’autonomie et de l’inclusion que nous avons adopté en séance du Conseil départemental début octobre.

Ikaria grand

Une centaine de structures de Seine-Saint-Denis – théâtres, salles de spectacles, clubs de sport… – offriront une grande variété d’activités à des conditions préférentielles et de belles surprises !

Un enjeu de taille alors que notre département doit accompagner le vieillissement de sa population et qu’aujourd’hui près de la moitié des personnes âgées déclarent ne pas pratiquer d’activités culturelles, sportives ou de loisirs, en raison principalement du coût de celles-ci et du manque d’information.

Dès le 15 novembre, n’hésitez pas à commander la carte Ikaria sur ssd.fr/ikaria ou en téléchargeant le formulaire.