Grand débat national : en faire un débat sans tabous

La « Lettre aux Français » d’Emmanuel Macron et le grand débat national qui a démarré aujourd’hui constituent une nouvelle tentative de freiner la mobilisation sociale, repartie à la hausse en dépit d’une féroce répression et des quelques miettes lâchées aux Gilets Jaunes par le gouvernement. Le président salue le modèle social français qu’il s’attelle pourtant à démanteler méthodiquement depuis le début de sa carrière politique.

Alors qu’Emmanuel Macron affirme qu’« il n’y a pas de questions interdites », elles sont déjà « fléchées » et les orientations libérales du gouvernement non négociables.

Le terme « pouvoir d’achat », au coeur des préoccupations, n’apparaît à aucun moment dans la lettre du président, symptôme d’un pouvoir déconnecté des réalités du quotidien… Hors de question donc de parler de justice sociale, et notamment de hausse des salaires et pensions, et de justice fiscale : pas question de rétablir l’ISF et on ferme les yeux sur l’évasion fiscale des multinationales.

En réalité, sous de grandes formules pompeuses sur la démocratie, le président entend polluer le débat en introduisant les questions d’immigration et de laïcité, alors qu’elles sont très largement absentes des revendications des Gilets Jaunes.

Mais ce grand débat national, en dépit de ces manœuvres politiciennes, est l’une des brèches ouvertes par la mobilisation sociale de ces dernières semaines. Il  doit  être l’occasion d’affirmer avec force l’exigence d’une meilleure répartition des richesses et de tracer des solutions concrètes pour y parvenir.

A Montfermeil, avec les élu.e.s  Front  de Gauche, nous vous proposons de remplir les cahiers de la colère et de l’espoir : une expression libre et sans tabous de vos difficultés, de vos espoirs et des solutions pour y remédier. Nous vous proposons de nous retrouver chaque samedi matin, 48 rue Henri-Barbusse à Montfermeil ou sur les marchés, devant les commerces. A vos stylos ! Nous ferons « remonter » vos doléances auprès des parlementaires !

Au fond, l’ISF c’est quoi ?

« Payer l’impôt est la marque d’un monde civilisé » dit Eric Bocquet, sénateur PCF du Nord et auteur, avec Alain Bocquet, ancien député, de « Sans domicile fisc » une à peine croyable enquête extrêmement documentée sur l’évasion fiscale. Je vous livre ce texte qu’il a écrit sur l’ISF. Simple et bien utile.

L’impôt de solidarité sur la fortune a fait beaucoup causer sur les ronds-points et les lors des manifestations des gilets jaunes en fin d’année dernière. Chacun sait-il bien, cependant, ce que recouvre cet impôt ? Voyons un peu.

Un peu moins de 350 000 foyers fiscaux y étaient assujettis sur un total de près de 38 millions, soit moins de 1%.

Qui paye ? Toute personne dont le patrimoine net dépasse le 1.3 million d’euros (ce seuil avait été ramené à 800 000 euros jusqu’à ce que M. Sarkozy le relève à 1.3 million, M. Hollande l’a maintenu à ce niveau).

Combien rapporte-t-il ? Environ 5.2 milliards d’euros, soit à peu près la somme des budgets de l’Agriculture, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

C’est quoi le patrimoine ? Valeur des immeubles, avoirs financiers, actions, la valeur de la résidence principale est diminuée de 30%, les œuvres d’art sont exclues et la valeur des parts des entreprises dirigées par un membre du foyer fiscal sont, elles aussi, exclues au titre de l’outil de travail.

Quel est le taux de l’ISF ? Les 800 000 premiers euros sont taxés à 0%, au-delà, le taux est progressif et varie de 0.5% jusqu’à 1.5% pour la partie excédant 10 millions d’euros.

En 2015, la moyenne de l’ISF payé par les foyers fiscaux assujettis était de 15 000 euros environ. Le patrimoine cumulé des payeurs d’ISF s’établit à un total de 1 028 milliards d’euros.

Y-a-t-il des réductions possibles ? Enormément. Des investissements Outre-Mer, des dons, investissements dans des fonds, dans des PME. Sans compter les innombrables niches fiscales et puis, évidemment, les fortunes planquées offshore de par le monde… Voilà la réalité.

M. Macron et d’autres avant lui nous expliquaient que l’ISF faisait « fuir les riches ». Regardons-y d’un peu plus près. Un rapport de la Direction générale des finances publiques a recensé les assujettis à l’ISF quittant la France de 2002 à 2012. Ses résultats sont édifiants : 383 grandes fortunes sont parties en 2002, 697 en 2005 puis 908 en 2007 (année d’élection de N. Sarkozy !) date de la mise en place du bouclier fiscal ! Et encore 896 l’année suivante, puis 903 en 2009. Les redevables de l’ISF sont des amants très difficiles à séduire.

Enfin, en 2018, près de 260 000 Français sont devenus millionnaires en dollars, l’équivalent d’une ville comme Bordeaux. Avec une telle progression la France est le deuxième pays au monde le plus attractif pour les millionnaires, devant l’Allemagne ou le Royaume-Uni, mais loin derrière les États-Unis.

Non, payer l’impôt n’est pas un mal absolu, c’est la marque d’un monde civilisé !

capture d_écran 2019-01-11 à 18.13.30

 

 

deux mille dix neuf… Mes meilleurs voeux pour l’an neuf !

FullSizeRender

parlez aux fleurs

aux rivières

et aux vents comme si c’était vous-même,

regardez les hommes comme de petits soleils,

ayez des émotions et des admirations,

laissez-vous emporter par la bonté et le désir d’offrir,

aimez ce qui est vivant,

qui rit,

qui pleure,

qui chante

et chantez avec eux

Patrick Chamoiseau – Biblique des derniers gestes

La laïcité, un principe précieux à défendre et à promouvoir

Dimanche 9 décembre, nous célébrerons comme chaque année la Journée nationale de la laïcité.  Cette journée, qui commémore l’adoption de la loi de 1905, nous rappelle l’actualité du combat pour la préservation de ce principe essentiel dans l’organisation de notre vie en société. Aujourd’hui  se tenait le Forum départemental de la laïcité organisé par les Francas, avec Jean-Louis Bianco, Président de l’Observatoire de la laïcité et de nombreux intervenants.

thumbnail_2018-12-07 bobigny bourse travail journee de la laicite trousel -bianco DR_20181207_0691

Ce rappel est d’autant plus important quand les menaces s’amoncellent sur la laïcité, soumise à d’innombrables manipulations, instrumentalisations, défigurations, par des dirigeants politiques plus intéressés par le « diviser pour mieux régner » que par l’entente entre les citoyens de notre pays.

Rappelons à ce titre l’adoption d’une « Charte de la laïcité » par le Conseil régional de droite d’Ile-de-France, heureusement récemment retoquée par la justice, ou, plus inquiétant encore, l’annonce par Emmanuel Macron de son projet « d’amender » la loi de 1905.

C’est pourquoi je souhaite que toutes et tous, citoyens, associatifs, enseignants et universitaires, élus, nous agissions pour faire vivre ce principe fondamental du vivre ensemble, garant de l’égalité de chacune et de chacun.

forum départemental laïcité