Cours Alexandre Dumas : fin de l’histoire

Le Parisien a publié hier un article sur la fermeture du cours Alexandre Dumas à Montfermeil. Avec les élus du Front de Gauche, nous avions dénoncé cette école hors contrat qui ne respectait pas les programmes de l’Education nationale, dont les enseignants n’étaient pas qualifiés et qui enregistrait des résultats catastrophiques pour de nombreux élèves.

Bien sûr, je regrette que des enfants pâtissent de cette situation. Car qui dit « école hors contrat » dit obligation de passer un examen pour réintégrer le cursus de l’Education nationale.

Créé en 2012, le Cours Alexandre Dumas aura coûté aux contribuables montfermeillois plus de 3 millions d’euros : 2 millions pour l’achat de la propriété ; plus d’1,2 million pour le terrassement et la viabilisation, puis une location annuelle  pour le moins « bienveillante » de 1euro du m2, soit 1500 € par an. On aurait aimé que le maire mette un peu de cet argent au service des écoles publiques de la commune et dans les Temps d’Activités Péri-Scolaires (TAPS) – ce qu’il a refusé de faire alors, arguant : « La ville est pauvre ».

Demeure aujourd’hui une exigence : il faut rendre ce patrimoine communal aux Montfermeillois et aux Montfermeilloises. Et pourquoi pas en y installant la Maison des associations et des citoyens ? Dans la campagne des municipales, Montfermeil Autrement a proposé de créer un tel lieu au service de toutes et tous. Un projet toujours d’actualité.

Capture d’écran 2020-07-06 à 18.10.25https://www.leparisien.fr/societe/en-seine-saint-denis-l-ecole-modele-des-banlieues-ferme-ses-portes-05-07-2020-8347479.php

 

« Vous avez pu compter sur nous, pourrons-nous compter sur vous ? »

Aujourd’hui, journée nationale d’action des personnels de santé : l’annonce d’un « Ségur de la santé » sans moyens financiers ne calmera pas les infirmier.e.s, les médecins hospitaliers, les urgentistes, les aides-soignant.e.s qui depuis trop longtemps réclament des moyens pour le service public de santé,  garant d’un accès aux soins à la mesure des besoins de chacun et égal pour toutes et tous.

Ce matin, à l’hôpital de Montfermeil,  un beau rassemblement a réuni professionnels de santé, usagers, militants syndicaux, associatifs et politiques pour la revalorisation des salaires, le recrutement d’emplois supplémentaires dans les hôpitaux et les EPHAD, la fin des fermetures de lits et de services prévus par le Gouvernement. J’étais à leur côté, de même que les élu.e.s de Montfermeil autrement.

Cet après-midi, syndicats, collectifs de professionnels et d’usagers appellent à manifester  avenue de Ségur. Car la santé n’est pas une marchandise. Les soignants ont fait face à la crise sanitaire avec courage et abnégation, travaillé sans relâche dans des conditions effroyables, et parfois au prix de leur vie : ils ont du faire face à la pénurie de lits, de personnels et de moyens. La remise de médailles ou de chèques-vacances est un affront cynique. La réponse doit être à la hauteur des besoins et des attentes.

image000000DSC_0160_DSC_0144_

Faire vivre la démocratie et le progrès social à Montfermeil

Samedi 23 mai avait lieu le conseil municipal d’installation de Montfermeil, suite aux élections du 15 mars dernier. Alors que débute cette nouvelle étape de la vie de notre commune (et de la mienne !), je tenais à remercier une nouvelle fois les 1399 Montfermelloises et Montfermeillois qui ont choisi notre liste « Montfermeil autrement », et toutes et tous les militants, soutiens et sympathisants qui nous aurons soutenus pendant la campagne.

Avec Farid Kachour, Angélique Planet-Ledieu, Jean-Riad Kechaou, Laurence Ribeaucourt, nous serons sur le pont pendant les six années à venir pour porter les attentes et les revendications des Montfermeillois, y compris de la majorité qui ne s’est pas exprimée dans les urnes, du fait notamment de la situation sanitaire.

CM élus Montfermeil autrement

© Ville de Montfermeil. Photos Franck Dunouau

Dans mon intervention inaugurale, au nom de notre groupe, j’ai souligné les grands axes de notre action : démocratie locale et progrès social (santé, cantines…). Une intervention que je vous propose de retrouver dans son intégralité ci-dessous :

« Nous avons besoin de votre aide et de votre soutien »

C’est le cri d’alerte de Philippe Portmann, secrétaire général du Secours Populaire Français de Seine-Saint-Denis : pour le seul mois d’avril, près de 60 tonnes de denrées alimentaires, de produits frais et de dons d’entreprises ont été distribuées par le Secours Populaire Français de Seine-Saint-Denis dans ses 21 comités et antennes locales au bénéfice de familles, étudiants, travailleurs précaires, personnes isolées ou à la rue – sans compter les produits récupérés par les bénévoles lors de collectes.

Ce mercredi, le SPF 93 recevait les dernières palettes du FEADS (Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis), censées couvrir les besoins jusqu’à l’automne  2020 : « Concrètement nous aurons d’ici mi ou fin juin consommé en 8 mois la dotation d’une année, soit 274 tonnes de denrées, soit une  « impasse » de trois ou quatre mois sur certains produits de première nécessité. » déclare P. Portmann dans un courrier adressé aux parlementaires, maires, élu.e.s du département et de la région :  » A ce jour, et ce sûrement pour de longues semaines ou de longs mois, il n’y a pas de pause dans le besoin de denrées, ce qui va nous mettre en difficulté (…) Nous avons besoin de votre soutien pour interpeller les pouvoirs publics sur la situation qui pourrait se produire, à savoir une crise alimentaire, avec son cortège de troubles sociaux.  (…)  Et d’ajouter : La solidarité n’a pour nous aucune couleur partisane. Fidèle à sa tradition d’indépendance le Secours Populaire Français travaille avec celles et ceux qui le souhaitent et partagent sa devise « Tout ce qui est humain est notre ».

image011distrib 8mai 04

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Covid-19 : les mesures de prévention et de solidarité du Département

Le Département a pris toutes les mesures préventives qui s’imposaient pour les services publics qu’il met en oeuvre au quotidien concernant tous les âges de la vie : nourrissons ; enfants ; jeunes ; familles ; personnes en situation de handicap et personnes âgées. Chacun doit ainsi pouvoir trouver les réponses à ses questions et les N° de téléphone utiles à appeler. Si tel n’était pas le cas, vous pouvez me joindre par mail ddellac@seinesaintdenis.fr. Je répondrais individuellement à vos questions et vous aiderai autant que faire se peut.

La circonscription de service social de Montfermeil-Coubron, rue Maryse Bastié, est fermée et les RV sont annulés, mais reste joignable au 01 71 29 56 45.

La PMI du 11 rue Berthe-Morisot à Montfermeil fait partie des 30 PMI  qui restent ouvertes sur tout le territoire pour assurer des rendez-vous concernant le suivi de grossesse ; les vaccinations des enfants de moins de 13 mois ; l’IVG médicamenteuse, la contraception ; la pesée des bébés en suite d’hospitalisation. Renseignez-vous au 01 71 29 20 95.

Enfin, le collège Robert-Doisneau de Clichy-sous-Bois est ouvert pour l’accueil des enfants des personnels hospitaliers de Montfermeil et des personnels soignants mobilisés par la crise,  de même que 7 autres collèges sur l’ensemble du territoire départemental et certains crèches départementales. 

Je voudrais enfin souligner l’engagement des personnels départementaux au service du public, à travers ce post publié avant-hier soir sur FB par une agente du Département :Capture d’écran 2020-03-18 à 09.53.38

Respectez les consignes et prenez soin de vous et de vos proches !

Capture d’écran 2020-03-18 à 18.11.53