Charonne, 8 février 1962 : pour la paix et la liberté en Algérie

Neuf morts au métro Charonne le 8 février 1962 et des centaines de blessés, alors que la manifestation pacifique contre la guerre d’Algérie se dispersait : Jean-Pierre Bernard, 30 ans ; Fanny Dewerpe, 31 ans ; Daniel Féry, 16 ans ; Anne-Claude Godeau, 24 ans ; Édouard Lemarchand, 41 ans ; Suzanne Martorell, 36 ans ; Hippolyte Pina, 58 ans ; Raymond Wintgens, 44 ans ainsi que Maurice Pochard, 48 ans, décédé à l’hôpital des suites de ses blessures.

Un crime d’Etat prémédité et resté impuni, pour lequel nous réclamons justice et vérité. Un massacre organisé par Maurice Papon, alors préfet de police de Paris, également responsable du massacre des algériens du 17 octobre 1961 et zélé organisateur de la déportation de 1690 juifs en 1942, pour lequel il fut jugé pour crimes contre l’humanité en …1997.

Les manifestants s’étaient réunis pour condamner les 10 attentats de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète, bras armé de l’Algérie française) commis la veille à Paris et qui visaient des hommes politiques, des intellectuels, des journalistes. Cinq jours plus tard ils étaient près d’un million à défiler pour les obsèques des victimes de la violente répression policière.

Fanny Dewerpe repose au cimetière de la rue des moulins et nous lui rendrons hommage samedi 10 février à 11 h 30. N’oublions jamais.

Dewerpe 2018 invitation Recto

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s