Violences sexistes et sexuelles au travail… On en parle !

 

La 17e rencontre de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes se tenait aujourd’hui à la Bourse du travail de Bobigny.  Une édition dédiée aux violences sexistes et sexuelles au travail, en présence de nombreux témoins et de professionnelles.

ODVF rencontre 2019-2

Comme le soulignait ma collègue Pascale Labbé, conseillère départementale déléguée à l’égalité femmes-hommes,  en charge de l’Observatoire, cette rencontre était attendue et nécessaire alors que l’on parle des violences sexistes et sexuelles tous les jours, que cela soit au sujet des rédactions de presse ou des organisations syndicales et politiques. Une femme sur cinq déclarait avoir été victime de telles violences sur son lieu de travail en 2014 (IFOP).

Depuis, la libération de la parole des femmes accélère la prise de conscience et le changement des mentalités, notamment chez les jeunes. En Seine-Saint-Denis, l’Observatoire est un formidable outil et joue un rôle crucial dans ce domaine, comme en a témoigné Ernestine Ronai, sa responsable, dans la présentation du bilan 2018.

Le Département de la Seine-Saint-Denis poursuit ses efforts afin d’être exemplaire dans le traitement des violences sexistes et sexuelles. Nous avons ainsi décidé de participer à la création d’un lieu d’accueil de jour pour jeunes femmes de 15 à 25 ans, situé à Bagnolet. Premier lieu de ce type en France, porté par l’association « Une femme, un toit », il a vocation à accueillir, repérer, accompagner et orienter de façon spécifique un public particulièrement exposé aux violence sexistes et sexuelles.

Comme employeur, le Conseil départemental a mis en place un protocole contre les violences sexuelles au travail, afin de compléter les dispositifs déjà existants et de faire émerger les situations de harcèlement sexuel.  Une violence souvent insidieuse, subtile, qui peut avoir de graves conséquences, comme l’ont expliqué Marie-France Hirigoyen, psychiatre et spécialiste du sujet, et Marilyn Balbeck, déléguée générale de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT).

Il faudrait encore parler du succès remporté par le violentomètre : ce petit outil, qui gradue les formes de violence, est diffusé auprès des collèges et des jeunes du département. Il sera bientôt diffusé dans les lycées d’Ile-de-France après une délibération du Conseil régional sur proposition de Céline Malaisé, présidente du groupe communiste et Front de gauche.

égalité fh département

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s