« La grande bascule »

Hier, Emmanuel Macron a fait une allocution lors du conseil des ministres, reprenant sa prose guerrière, arrogante et autoritaire pour annoncer la « la fin de l’abondance », « des évidences » et « de l’insouciance ».

Affirmer cela, quand plus de 9 millions de françaises et de français vivent sous le seuil de pauvreté, il fallait oser !

Cette déclaration marque une nouvelle fois le caractère profondément néolibéral et donc antisocial de cette politique gouvernementale. Prononcée en pleine période de crise, avec une explosion de l’inflation qui va encore venir diminuer le pouvoir d’achat d’une grande majorité d’entre nous, le ton est donné !

La crise du COVID-19 a fait des grands gagnants : la fortune des milliardaires français a davantage augmenté en 19 mois de pandémie qu’au cours de la dernière décennie. Un projet de loi de taxation de ces profiteurs de crise sanitaire a été rejeté par le gouvernement l’an passé.

De la même manière, la majorité a bloqué le mois dernier un projet de taxation des supers-profiteurs de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors que nous voyons le prix des factures exploser, certaines grandes entreprises réalisent de leur côté des bénéfices records, en particulier dans le secteur de l’énergie, profitant de la hausse des cours du pétrole et du gaz. Total Energies, par exemple, a plus que doublé son bénéfice net au deuxième trimestre : 5,7 milliards de dollars, contre 2,2 milliards l’année précédente. Pour le premier semestre 2022, les bénéfices net représentent quasiment le triple de la même période en 2021.

La période estivale a démontré que le réchauffement climatique et ses effets terribles ont déjà débuté : incendies de grande envergure, inondations à répétition, sécheresses, état d’alerte canicule dans de nombreux départements…

Il est donc certain que nous ne sommes pas égaux face aux crises, et que les populations les plus précaires seront les premières touchées. Pourtant, la ligne annoncée par Emmanuel Macron est claire : ce sera aux plus petits de payer les effets de la crise globale qui touche notre société, quand d’autres pourront continuer à amasser les bénéfices et survoler le globe à bord de leurs jets ultrapolluants. Nul besoin de démontrer que cette situation ne sera pas tenable.

Plutôt que de parler de l’immense défi écologique et social que nous devons affronter, Emmanuel Macron a préféré rappeler l’agenda néolibéral qu’il s’est fixé ; l’écologie est totalement absente de son discours et les mentions de mesures sociales n’y figurent que pour annoncer la continuité de sa politique de casse de nos services publics et de nos système de solidarité. Nous sommes donc bien loin des aspirations d’une justice sociale et fiscale au bénéfice de toutes et tous.

Aucun changement de cap, malgré l’urgence : le gouvernement continue de garantir les intérêts d’une infime minorité de la population, en demandant au reste de se serrer la ceinture.

Plus que jamais, nous devons nous mobiliser pour faire entendre notre voix, enrayer cette casse systématique de tous nos acquis sociaux et imposer des mesures urgentes pour faire face à l’urgence sociale et climatique !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s