# Nous toutes : le temps de dire et d’agir

46510730_314507162725053_8993199941983666176_oDemain dimanche, ce sera la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. Et aujourd’hui, à Paris, un grand rassemblement à 14 h pour refuser les violences sexistes et sexuelles. J’y serai. On ne peut accepter qu’en France, tous les deux jours, une femme meurt  sous les coups, le plus souvent de son conjoint ou de son ex-compagnon. On ne peut accepter que ces féminicides soient traités comme des faits divers, des drames passionnels. Et que les femmes victimes de violences, quelles qu’elles soient, se taisent. Ou pire, que leur parole ne soit pas entendue, comme dans l’odieux verdict du procès de l’ancien secrétaire d’état, Georges Tron, qui s’est déroulé à Bobigny la semaine dernière. Honte, peur, solitude, tout cela doit changer de camp. Il faut plus de moyens, des personnels sociaux, policiers et de la Justice mieux formés, des lieux d’hébergement et d’écoute. Il faut un budget national digne de ce nom. C’est le sens du mouvement #Noustoutes, qui réunit un large collectif d’associations, de syndicats et de partis de gauche dont le PCF et  qui appelle à manifester aujourd’hui.

Il y a un an,  « l’affaire Weinstein » aux Etats-Unis déclenchait en réaction les mouvements #metoo et #balancetonporc. Mais quelle hypocrisie dans les termes : une « affaire » non nommée accolée à un nom de famille, ne renvoyant qu’à un individu. Comme s’il s’agissait de cela ! Là où les femmes se taisent, les statistiques commencent à parler, mais bien en-deçà de la réalité des violences subies dans tous les secteurs, de la cellule familiale à l’université, en passant par  l’entreprise, dans toutes les classes sociales. Et que dire des enfants abusés sexuellement ? Il est temps d’agir.

Dans notre département, ce sera aussi, demain, à Aubervilliers à 15h, une marche blanche pour Marie, jeune femme de 28 ans assassinée par le père de son fils, devant ses enfants. Quelle immense tristesse.

En Seine-Saint-Denis,nous pouvons être fière.s des moyens mis en oeuvre par le Département avec l’Observatoire des violences faites aux femmes créé en 2002, le dispositif  « Un toit pour elles », les 22 consultations de psychotraumatologie mises en oeuvre, le dispositif « jeunes contre le sexisme »…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s