Ouvrons nos archives pour faire œuvre de vérité et de justice !

La Ministre de la culture a annoncé vendredi dernier qu’elle ouvrait de manière anticipée les archives judiciaires relatives à la guerre d’Algérie. C’est une belle avancée qui permet aux historien-nes de pouvoir mieux traiter cette période en leur ouvrant l’accès à de nombreux documents. Elle constitue une étape pour le devoir de mémoire également, en permettant de regarder l’histoire en face, surtout quand on sait le poids de la répression souvent aveugle contre les Algérien-nes et celle qui visait les militant-es français qui les soutenaient. Je pense particulièrement aux archives entourant le crime d’État du 17 octobre 1961 que notre Département a commémoré récemment.

Gageons que les conditions matérielles seront réunies pour consulter ces archives, notamment celles relevant de la justice militaire, basées dans l’Indre.

 Cette position doit marquer un tournant d’autant que la Ministre de la culture a réaffirmé qu’elle était la Ministre des archives. C’est une excellente nouvelle car depuis 2008, des restrictions dans la communication des archives étaient devenues la norme dont la dernière en date, glissée dans la loi antiterroriste votée en juillet 2021.

 Laissons la liberté académique aux chercheur-ses dans leurs travaux pour enfin étudier sereinement toutes les pages de l’histoire de France. La Seine-Saint-Denis prendra sa part puisqu’en 2022, elle animera tout au long de l’année des initiatives commémorant l’indépendance de l’Algérie de manière lucide, apaisée et tournée vers la ré(conciliation) des peuples.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s