L’hôpital public n’est pas une entreprise ! La santé n’est pas une marchandise !

Qui dit entreprise dit recettes, dépenses, bénéfices… ou pertes. Doit-on considérer la santé comme un centre de profit ? C’est bien là toute la question posée aux hôpitaux publics depuis de trop nombreuses années : en à peine plus de 20 ans, le système de santé public français est passé du 1er rang mondial à la 24ème place. Et la loi de finances 2018 prévoit 1,2 Mrds € de réduction budgétaire pour l’hôpital public, après la suppression drastique d’emplois et de lits décidés par la précédente Ministre de la santé. Cela devrait nous interroger.

Le conseil de surveillance extraordinaire qui s’est tenu à l’hôpital de Montfermeil ce lundi 27 novembre avait pour objet un rapport de l’IGAS, l’inspection générale des affaires sociales. Dans une logique sidérante, après avoir détaillé le manque cruel de moyens des hôpitaux de notre territoire, renvoyé dos à dos l’hôpital Robert-Ballanger d’Aulnay-sous-Bois et l’hôpital du Raincy-Montfermeil pour des raisons diamétralement opposées (l’un a investi et a des dettes, l’autre n’a pas de dettes mais n’a pas investi), le rapport recommande la fusion des 2 hôpitaux dotés d’une direction unique. Leurs difficultés seraient donc un problème de gouvernance, mais surtout pas de moyens matériels et professionnels. Cette question mérite un vrai débat, au-delà du cercle fermé et impuissant des conseils de surveillance et ne peut constituer à priori la solution pour garantir une offre de soins satisfaisante pour les populations des territoires concernés.

Un rapport des universités d’Oxford et de Cambridge et de l’Université de Londres conclut que les coupes brutales dans les prestations du National Health Service (service de santé publique anglais) et des services sociaux britanniques sont à l’origine de 120 000 décès prématurés depuis 2010 et pourraient entraîner un « excédent » de près de 200 000 décès d’ici la fin de 2020 en Angleterre. Est-ce-que c’est ce que nous voulons ici ?

La relance de l’hôpital public est bien une priorité d’intérêt général. C’est particulièrement vrai dans notre département, où nombre d’habitants ne se soignent plus, faute de moyens.  Plutôt que de réduire sans cesse les coûts, dans une logique marchande de rentabilité, il est urgent au contraire d’investir massivement dans la qualité de nos établissements et dans les recrutements pour répondre aux besoins humains. C’est une question de choix politique.

chi1

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s