Séance du Conseil départemental du 27 septembre 2018

Au menu de la séance du Conseil départemental de jeudi dernier,  la préparation des Jeux olympiques et paralympiques (JOP) de 2024. Cet événement planétaire revêtira une importance capitale pour la Seine-Saint-Denis, notre département accueillant 80% des sites olympiques.

C’est pourquoi le Conseil départemental s’engage afin que les JOP laissent un héritage utile et durable aux Séquano-Dionysiens, avec un fort engagement écologique. Cet effort pour le sport et la population n’est cependant visiblement pas partagé par le gouvernement, qui pratique des coupes drastiques dans le budget du ministère des Sports et a porté un coup terrible aux associations par la suppression des contrats aidés.

Une véritable « Saint-Barthélémy du sport », pour reprendre les mots de Philippe Bana, président de l’association des directeurs techniques nationaux, qui doit prendre fin le plus tôt possible, afin que toujours, dans nos villes et nos cantons, le plus grand nombre de femmes et d’hommes puissent y accéder et trouver dans cette pratique un moyen de s’épanouir et d’embellir sa vie.

séance 180927

Ci-dessous, l’intégralité de l’intervention que j’ai prononcée au nom du groupe lors de la séance :

« Monsieur le Président, cher-e-s collègues,

Nous nous félicitons de l’engagement écologiste et de la volonté forte d’inscrire ces Jeux dans une perspective durable dans l’intérêt de la population. Le rapport qui nous est présenté est le fruit d’une mobilisation remarquable de l’ensemble des services départementaux pour faire émerger des projets susceptibles de mobiliser habitants, associations et partenaires du Département mais aussi pour que ces Jeux laissent à la Seine-Saint-Denis un héritage à la hauteur de ses besoins en termes d’équipements, de logements, d’accès au sport et à la culture pour toutes et tous. Au-delà de notre engagement de 67,4 millions d’euros pour le plan de financement des équipements et des aménagements, nous serons attentifs à la question des moyens qui seront mis en œuvre dans les services départementaux pour faire aboutir ces projets ambitieux et fédérateurs.

Mais les annonces du gouvernement concernant le Ministère des sports sont accablants et le « en même temps » cher au Président Macron atteint là les limites du supportable.

Comment peut-on d’un côté, se glorifier d’être champion du monde de football **, organiser les JO en 2024 et préparer d’autres manifestations internationales de grande envergure comme la coupe du monde du football féminin en 2019, et d’un autre côté, réduire de 7% le budget du sport pour la seule année 2018, puis prévoir une nouvelle baisse de 6, 2 % en 2019 et supprimer plus de la moitié des postes du ministère, soit 1600 postes de conseillers techniques et sportifs ?

Ceci vient s’ajouter à la réduction massive de contrats aidés qui font vivre nombre de clubs tout au long de l’année dans nos villes et nos quartiers.

Est-ce cohérent de fixer comme objectif à la nation 3 millions de licenciés supplémentaires et 80 médailles françaises tout en réduisant ainsi de manière drastique les moyens déjà largement insuffisants qui devraient permettre d’atteindre de tels objectifs ?

Toutes ces années, les baisses de dotations aux collectivités mais aussi le plafonnement de la taxe Buffet sur les droits télévisuels ont porté atteinte au financement du sport amateur. Petit à petit, le sport a été démantelé au point que le budget de la nation ne lui réserve que 0,13%. Au regard du budget national, ce n’est rien. En asséchant ainsi le mouvement sportif, l’objectif est clair : il s’agit de libéraliser le sport et de l’offrir au marché. Et nous savons qu’entre les mains des marchands, le sport devra être rentable, et non plus accessible et utile au plus grand nombre.

Depuis des années, le sport prend des coups et à la veille des Jeux, il semble bien que le Président Macron ait décidé de lui donner le coup fatal, la « Saint-Barthélémy du sport » pour reprendre les termes de l’association des Directeurs Techniques Nationaux.

« Les Jeux olympiques doivent être une chance pour le sport en général et pour cela il faut qu’on ait les moyens d’accueillir les jeunes dans les pratiques sportives » déclarait il y a peu Marie-George Buffet, ancienne ministre des sports et députée de la Seine-Saint-Denis.

Car c’est grâce à tous ces clubs, aux milliers de bénévoles, aux éducateurs qualifiés que se tissent partout dans notre pays le lien social et la mixité. Le sport porte et transmet les valeurs de solidarité, d’entraide, d’égalité, de respect de soi et des autres. Le sport est un puissant levier d’insertion et d’égalité femmes-hommes, c’est un formidable outil de formation et d’émancipation du citoyen et en ce sens, il est un droit essentiel que nous devons continuer d’offrir à tous, quel que soit son sexe, son âge, sa condition sociale.

Enfin, pas de sport de haut niveau ni de sportifs de haut niveau sans sport amateur.

C’est le sens de la pétition initiée par le Comité national olympique et sportif français, intitulée « Le sport compte » et qui a déjà été signée par près de 190 000 personnes. Denis Masseglia, président du CNOSF – qui regroupe 107 fédérations sportives françaises et 180 000 associations – souligne en effet le décalage entre les revenus générés par le sport, qui sont en pleine expansion, et les moyens dont dispose « la base sportive, [qui] a besoin de reconnaissance et de considération à un moment où elle est en plein désarroi alors que le Sport ne s’est jamais aussi bien porté [et] de moyens pour continuer sa mission, celle de former des Hommes, des Femmes et des Citoyens, celle de permettre à chacun de s’épanouir à tous les âges de la vie ».

Si nous voulons ces Jeux, car nous sommes convaincus qu’ils peuvent avoir un impact formidable pour les habitants, nous sommes avant tout convaincus qu’une politique publique du sport ambitieuse est nécessaire. C’est seulement ainsi que le sport pourra être accessible au plus grand nombre, que nous pourrons avoir du haut niveau, développer des filières et permettre aux clubs et aux fédérations de vivre.

Le budget de la nation doit faire une part bien plus grande au sport et augmenter le budget du ministère des Sports jusqu’à 1% d’ici 2024. C’est la proposition que Marie-George Buffet fera prochainement à l’Assemblée nationale et c’est d’ailleurs la revendication du mouvement sportif aujourd’hui. Diminuer les moyens du sport sur nos territoires est un non-sens lorsqu’on s’apprête à accueillir la plus grande manifestation sportive du monde.

L’Association Nationale des Élus en charge du Sport (ANDES) a récemment appelé les parlementaires à « consolider le financement du sport par le déplafonnement des taxes affectées au sport, sur les mises de la Française des Jeux, des paris en ligne et de la taxe Buffet ». Ils considèrent eux aussi que les acteurs du sport doivent disposer de ressources pérennes, rappelant que « l’enjeu sociétal du sport pour tous est essentiel pour la Nation, que ce soit en matière de santé, de lien social, d’éducation, mais également de vecteur économique et d’emplois ».

Oui, nous voulons que les Jeux olympiques et paralympiques soient avant tout une grande fête populaire, un événement réussi et laissent un héritage positif aux générations futures. Mais pour cela, nous demandons que le service public du sport soit préservé et développé afin que toujours, dans nos villes et nos cantons, le plus grand nombre de femmes et d’hommes puissent y accéder et trouver dans cette pratique un moyen de s’épanouir et d’embellir sa vie. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s