Solidarités, inégalités… Aujourd’hui, en séance du Conseil départemental

Solidarités :  vote d’une subvention aux sinistrés de l’Aude ; participation au Fonds de solidarité et d’investissement interdépartemental. Cet outil  innovant est un bel exemple de coopération des départements franciliens pour financer des projets d’intérêt interdépartementaux concrets et structurants au service de la  solidarité entre les territoires, de l’attractivité et de la réduction des inégalités.

Inégalités : la question des transports était aussi à l’ordre du jour, avec notamment la prolongation du T1 de Bobigny à Val-de-Fontenay, ce dont nous nous réjouissons, après tant d’années ! Et pourtant, allons-nous continuer à être le parent pauvre des transports en commun en Île-de-France ? Pour ma part et au nom de notre groupe, je me suis exprimée  sur les inégalités en matière de transport, sur la proposition de notre groupe d’organiser une table ronde réunissant toutes les parties prenantes – Etat, Région, Société du Grand Paris, Départements et villes concernées, …-, et plus particulièrement sur la ligne 16, qui nous touche, ici, à Montfermeil et à Clichy-sous-Bois.

Extrait de mon intervention : (…) ll y a une triple urgence – sociale, économique et environnementale au déploiement de transports qui permettent de réduire les inégalités territoriales et d’améliorer durablement les conditions de vie des habitants. (…) C’est particulièrement vrai pour le projet de ligne 16. Alors que celui-ci devait initialement être livré en 2023, les dernières annonces repoussent la réalisation du tronçon Aulnay-sous-Bois/Clichy-sous-Bois/Montfermeil à fin 2024 et celle du tronçon Clichy-Montfermeil/ Chelles /Noisy-Champs « à l’horizon 2030 ».

À l’heure où l’exigence d’égalité républicaine pour notre département et tous les quartiers populaires réunit acteurs et élus de toutes sensibilités, nous ne pouvons pas accepter cette nouvelle preuve de mépris et de relégation envers des populations et des territoires déjà largement laissés pour compte.

Car il ne s’agit pas simplement de « prendre son mal en patience », comme semble l’affirmer un discours détaché des réalités locales. Comment Édouard Philippe peut-il affirmer que ces retards visent à « éviter une immense frustration », alors que la livraison du tronçon Aulnay-sous-Bois/Clichy-Montfermeil n’interviendrait que fin 2024, après les Jeux olympiques et paralympiques, rendant plus difficile toute possibilité de participation active des habitants à cet événement unique à l’échelle d’une vie et privant le territoire de retombées économiques potentielles pourtant si nécessaires.

Et avant même cette question des Jeux, ce sont les déplacements quotidiens de milliers de travailleurs et d’étudiants dont il est question. Les gares de Chelles et Noisy-Champs sont les points de passage vers Paris et Marne-la-Vallée, centres économiques et universitaires.

7 minutes avec le Grand Paris Express entre Clichy-Montfermeil et Noisy-Champs, ou plus de 60 minutes aujourd’hui ?… Frustrés par les transports, nous le sommes déjà au quotidien ! L’horizon 2030  annoncé pour la mise en service du dernier tronçon de la ligne 16 reliant la Seine-Saint-Denis à la Seine-et Marne, s’apparente à une impasse et fait de la station Montfermeil -Clichy-sous-Bois un véritable « cul-de-sac ».

Face à cette situation profondément inégalitaire, la poursuite de notre mobilisation, à travers des formes d’action associant citoyens et élus est indispensable. Nous réclamons le droit à la mobilité !

FullSizeRender

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s