CARTON PLEIN EN SEINE-SAINT-DENIS

La NUPES a réussi le grand chelem dans notre département. Sur notre circonscription, le député sortant de la macronie a été battu. Je m’en réjouis.

Ce résultat concrétise tout à la fois :

  • L’espoir mis dans la NUPES et dans son programme par les femmes et les hommes de gauche et de l’écologie ;
  • Le rejet massif, à droite comme à gauche, de la politique d’Emmanuel Macron, qui n’a été réélu à la présidence de la République que pour faire barrage à l’extrême droite et non par adhésion.

Il en résulte une Assemblée Nationale bouleversée, fragmentée, sans majorité parlementaire pour le président de la République, et qui penche dangereusement à droite et à l’extrême droite. 

Avec 131 député.e.s, la NUPES est une force parlementaire qui compte, même si ce nombre est loin des espérances affichées. Plus que jamais, la mobilisation populaire sera déterminante pour contrecarrer les projets ultralibéraux et antisociaux d’Emmanuel Macron, qui sort affaibli de cette séquence électorale. 

Comme je l’ai toujours fait depuis mon élection comme conseillère départementale, je continuerai à mettre mon mandat d’élue au service de cette mobilisation, sur notre canton comme au plan départemental.

La NUPES et la 12ème circonscription de la Seine-Saint-Denis

Le 12 juin prochain, je vous invite à voter pour les candidat.e.s de la Nouvelle Union Populaire Ecologiste et Sociale choisi.e.s par la FI, conformément à l’accord signé entre les partis de gauche et de l’écologie. Même si, comme d’autres, je déplore le parachutage du secrétaire national du Parti Ouvrier Indépendant, alors que des militant.e.s FI locaux, investi.e.s dans un premier temps pour être candidat.e.s, étaient à mes yeux légitimes pour porter le drapeau de la NUPES sur notre territoire.

Mais l’essentiel est l’accord programmatique qui nous rassemble et qui porte entre autres sur :

  • l’augmentation immédiate du smic à 1500 euros net ;
  • le retour à la retraite à 60 ans ;
  • la reconquête des services publics, notamment en matière de santé publique et d’éducation nationale ;
  • la renationalisation d’EDF, d’Engie et de banques pour la création d’un pôle financier public ;
  • une planification écologique, notamment pour lutter contre le réchauffement climatique ;  
  • la justice fiscale, la taxation du capital et la lutte contre l’évasion fiscale ;
  • de nouveaux droits d’intervention des salariés dans les entreprises.

Un programme qui ouvre la perspective d’un véritable changement, propre à redonner espoir aux citoyens qui se reconnaissent dans la gauche et l’écologie, et aussi à ceux qui ont oublié le chemin des urnes.